Le plan fédéral lié à l’ESB aborde des préoccupations importantes

Ottawa (Ontario), 10 septembre 2004 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) félicite le gouvernement fédéral d’avoir écouté les groupes de l’industrie et d’avoir reconnu l’urgence d’établir, pour soutenir les industries du boeuf et des ruminants, une stratégie qui ne dépend pas de la réouverture des frontières.

La FCA, en étroite collaboration avec la Canadian Cattlemen’s Association et d’autres groupes de l’industrie agricole, avait soumis aux gouvernements fédéral et provinciaux des recommandations pour des programmes relatifs à l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). La stratégie que dévoile aujourd’hui le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada, M. Andrew Mitchell, couvre la plupart des principales recommandations de l’industrie.

« Les détails et le niveau d’indemnisation auront une importance décisive, a déclaré le président de la FCA, Bob Friesen. Certains éléments que les agriculteurs auraient aimé voir dans le programme n’y sont pas, mais celui-ci pourrait néanmoins réussir à soutenir efficacement les industries canadiennes du boeuf et des ruminants pendant que nous continuons à travailler à la réouverture des frontières. »

La FCA avait recommandé notamment un programme d’avances en espèces, un soutien gouvernemental pour accroître la capacité d’abattage au Canada, des programmes de mise de côté des bovins gras et des bovins à l’engrais, ainsi qu’un programme destiné à maintenir la taille du cheptel aux niveaux standard pour stabiliser le marché. Le programme fédéral tient passablement compte de ces recommandations.

« Il est essentiel de veiller à fournir une indemnisation suffisante pour gérer et préserver le cheptel de vaches reproductrices », a précisé M. Friesen.

Les groupes de l’industrie auraient aussi aimé que le gouvernement fédéral instaure des incitations fiscales telles que des reports d’impôt pour améliorer à court terme les revenus des producteurs, des garanties d’emprunt pour les producteurs et des allégements fiscaux pour les producteurs devant procéder à l’abattage intégral de leurs troupeaux.

L’industrie et les gouvernements devront surveiller de près les éléments annoncés aujourd’hui, en particulier les programmes de mise de côté, pour garantir une coopération et un partage équitable des revenus tout au long de la chaîne de valeur. La FCA souligne que le programme doit fonctionner aussi bien dans une province que dans l’autre.

« Nous reconnaissons qu’il n’y a pas de remède miracle aux défis rencontrés par notre industrie, a ajouté M. Friesen. Nous sommes très encouragés par l’engagement du ministre Mitchell à continuer de travailler avec l’industrie pour assurer l’efficacité de ces programmes et faire les redressements qui s’imposeraient. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Commentaires