Le Québec satisfait de sa participation à la 11e réunion de l’accord trinational en agriculture

Québec (Québec), 10 septembre 2001 – « L’accord trinational en agriculture est le seul accord sectoriel entre les provinces et les États du Canada, des États-Unis et du Mexique. Le Québec doit y être actif. » C’est en ces termes que s’est exprimé M. Léandre Dion, adjoint parlementaire du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec et député de Saint-Hyacinthe, qui représentait le ministre, M. Maxime Arseneau, lors de la 11eréunion de l’Accord trinational en agriculture, les 6 et 7 septembre à Manzanillo, dans l’État de Colima, au Mexique.

Cet événement est une occasion pour les ministres des provinces et les secrétaires des États américains et mexicains de faire un bilan annuel des enjeux reliés au commerce des produits agroalimentaires et de trouver des solutions aux problèmes qui peuvent survenir aux frontières. « Il existe bien sûr des mécanismes formels de règlement des différends dans le cadre des accords sur le commerce, mais un des buts de cette conférence est justement d’éviter que certaines questions se terminent par des différends commerciaux », a affirmé M. Dion. Un tel événement permet au Québec de renforcer son réseau de contacts avec les provinces et les États de toute l’Amérique du Nord.

Outre le plan de travail déjà sur la table, les ministres et secrétaires participants ont convenu d’aborder plus spécifiquement la question des subventions ayant un effet de distorsion sur le commerce. Au moment où les États-Unis s’apprêtent à réformer leur loi agricole, il s’avère pertinent que les ministres et les secrétaires puissent discuter de la question des subventions à l’agriculture.

À l’initiative des secrétaires à l’agriculture des États du Mexique, les participants ont également convenu de mener des travaux sur les questions sanitaires et phytosanitaires.

Pour M. Dion, cette réunion a également été l’occasion de rencontrer des représentants des entreprises québécoises qui exercent des activités au Mexique. « Le Mexique importe pour près de 8 milliards de dollars en produits agroalimentaires de toutes sortes et il y a un potentiel important pour les entreprises du Québec. Grâce à des rencontres avec les représentants de Génétiporc, Hortamex, Les Industries Harnois et Ventes internationales d’animaux Trudeau inc., j’ai été à même de constater directement des exemples concrets de percées commerciales de nos entreprises au Mexique. Il faut poursuivre dans cette voie afin d’accroître de tels succès », a conclu M. Dion.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires