Le scandale Volkswagen pourrait avoir une incidence sur le prix du diesel

Le scandale entourant le constructeur d’automobiles Volkswagen pourrait entraîner un surplus de diesel dans le marché, selon Phil Flynn de Price Futures Group, à Chicago. « Je ne crois pas qu’on va délaisser le diesel pour toujours, mais il faut inspecter davantage les voitures au diesel. Les voitures Volkswagen sont-elles les seules concernées ou s’agit-il d’un problème répandu? », se demande le spécialiste en carburant.

Il est encore trop tôt pour dire si les agriculteurs dont la machinerie fonctionne principalement au diesel pourront profiter de la situation en payant des prix moins élevés à la pompe, affirme Phil Flynn. Toutefois il ne nie pas l’importance du problème auquel fait face l’industrie du diesel.

On a récemment annoncé que Volkswagen s’est fait prendre à se servir d’un algorithme avancé pour échapper aux analyseurs de gaz polluants. Ainsi, on faisait croire que les voitures au diesel respectaient les normes d’émission. Dans les faits, les voitures en question émettent 35 fois plus de toxines dans l’atmosphère que ce qui est permis.

La U.S. Environmental Protection Agency (EPA) a remis un avis d’infraction à Volkswagen le 18 septembre, puis le 22 septembre, Environnement Canada a annoncé qu’elle mènera sa propre enquête.

Ce qui reste à savoir maintenant, selon Phil Flynn, c’est si la technologie d’aujourd’hui pour les voitures au diesel nous permet bel et bien de respecter les normes d’émission. « Si l’on n’arrive pas à respecter les normes, la population optera davantage pour les voitures fonctionnant à l’essence », soutient Phil Flynn.

Selon lui, en théorie, la baisse de la demande devrait faire baisser le prix du diesel. Il ne croit cependant pas que la production de diesel diminuera puisque ce carburant est produit lors du traitement de l’essence dans les raffineries. « La baisse de la demande ne devrait pas provoquer de pénurie, mais il pourrait y avoir une tendance à la baisse pour les prix des autres produits de base. »

Environnement Canada soutient qu’environ 100 000 modèles de voitures au diesel à quatre cylindres de Volkswagen et d’Audi produits entre 2009 et 2015 ont été vendus au Canada. La majorité de l’industrie du transport dépend aussi du diesel, a ajouté Phil Flynn. « Les camions lourds nécessiteront toujours du diesel. »

Dans tous les cas, ajoute le spécialiste, les constructeurs d’automobiles auront probablement plus de difficulté à respecter les exigences de l’EPA alors que le présent scandale est devenu un enjeu politique qui entraînera sans doute des mesures plus sévères à l’égard des normes. « À la longue, je pense que cela va avoir une incidence sur le diesel à moins que Volkswagen réagisse et parvienne à prouver que sa technologie est aussi bonne qu’il le prétend. »

Ce texte est une traduction d’un article écrit par Dave Sims et publié sur le site de grainews.ca.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires