Le secteur agricole s’attend à obtenir le même soutien que Bombardier

Ottawa (Ontario), 10 juillet 2001 – La Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) est heureuse de voir que le gouvernement fédéral compte défendre sérieusement les activités commerciales et les emplois canadiens contre les pratiques commerciales déloyales. C’est ce qu’elle conclut de l’annonce, faite hier par le ministre Pierre Pettigrew, de l’octroi d’un prêt de 1,2 milliard de dollars destiné à soutenir Bombardier face aux subventions déloyales du Brésil.

« Cette annonce montre bien l’engagement du gouvernement fédéral à défendre les intérêts canadiens à l’étranger et chez nous », a affirmé Bob Friesen, président de la FCA. « Les agriculteurs espèrent maintenant que le gouvernement les aidera eux aussi à faire face aux subventions des États Unis et de l’Europe qui exercent un effet de distorsion sur les prix. »

Selon le communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international (MAECI), le prêt fédéral consenti à Bombardier contribuera à protéger une partie des 90 000 emplois canadiens fournis par l’industrie aérospatiale et les 8,4 milliards de dollars d’exportations que génère Bombardier. Pour sa part, le secteur de l’agriculture primaire fait travailler 1,9 million de Canadiennes et de Canadiens, et ses exportations valent plus de 27 milliards de dollars. Aux États-Unis, les subventions gouvernementales représentent 46 pour 100 des revenus des agriculteurs et ce chiffre s’élève à 58 pour 100 en Europe. Ces subventions faussent les cours mondiaux au détriment des agriculteurs canadiens, qui ne tirent que 11 pour 100 de leurs revenus des subventions de l’État.

« Dans le communiqué susmentionné, M. Pettigrew déclarait : ‘nous voulons vraiment préserver les emplois canadiens.’ La FCA l’appuie sans équivoque. Les industries qui apportent une telle contribution à l’économie de notre pays méritent de recevoir l’appui de l’État », a fait valoir M. Friesen. « Toutefois, cet appui doit être accordé de manière équitable et conséquente. Il doit être accordé également à toutes les industries qui sont aux prises avec des règles de jeu non équitables. »

Vendredi dernier, le gouvernement fédéral a annoncé son intention d’interjeter appel du jugement prononcé par l’OMC à l’encontre du système canadien de gestion de l’offre de lait. « Voilà une mesure concrète pour ce qui est d’épauler l’agriculture canadienne sur la scène internationale », a commenté Bob Friesen. « À l’instar de Bombardier, les agriculteurs ont besoin d’aide pour lutter à armes égales contre les subventions étrangères. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération Canadienne de l’agriculture

http://www.cfa-fca.ca/

Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international

http://www.dfait-maeci.gc.ca/

Commentaires