Les composts améliorent la qualité du sol et la production de grandes cultures

Ottawa (Ontario), 6 juin 2003 – Les rendements moyens du maïs et du soya sur les sols à texture fine du sud-ouest de l’Ontario pourraient commencer à se stabiliser et peut-être même à diminuer dans certaines régions.

Certaines études donnent à penser que les rendements moyens du maïs et du soja sur des sols à texture fine n’atteignent que la moitié des valeurs qu’autoriserait le potentiel génétique et climatique, malgré les améliorations constantes des cultivars, des modes d’enfouissement des engrais, de la lutte antiparasitaire et des pratiques de gestion des terres. Les travaux de recherche conduits à Harrow portent principalement sur l’amélioration de la qualité et de la productivité du limon argileux de Brookston – le principal sol agricole du comté d’Essex dans le sud-ouest de l’Ontario.

« Bien que plusieurs facteurs interdépendants contribuent à cette situation, la piètre qualité physique de nombreux sols à texture fine joue un rôle clé, a expliqué le Dr Dan Reynolds. L’optimisation de la qualité physique des sols par diverses techniques, notamment par l’addition de compost, pourrait donner lieu à une augmentation approximative de 25 à 50 pour cent de la moyenne de la production de grandes cultures. »

Au centre de recherches d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) situé à Harrow, en Ontario, les travaux du Dr Reynolds indiquent que la capacité des racines à prélever de l’eau, de l’air et des éléments nutritifs est souvent entravée par un piètre taux d’infiltration et de drainage, une mauvaise aération, une forte résistance du sol et une grande compatibilité du sol.

L’équipe de recherche du Dr Reynolds à Harrow collabore avec l’Association des producteurs de maïs en Ontario, l’Essex-Windsor Solid Waste Authority, la HUWS Corporation et des agriculteurs de la région à des travaux en laboratoire et au champ sur l’utilisation d’amendements du sol comme les composts et d’autres substances « de rebut ».

Le compostage s’entend de la décomposition aérobie (en présence d’oxygène) du fumier ou d’autres substances organiques à des températures de 40-65° C (104-149° F). La nature fournit une vaste population de micro-organismes qui sont communément attachés à tous les déchets organiques. Lorsque les conditions sont propices, ces microbes croissent et prolifèrent en décomposant la substance à laquelle ils sont attachés.

D’un point de vue scientifique, le compostage « actif » est lancé et géré dans des conditions environnementales contrôlées.

La gestion de l’humidité, de l’air, du carbone et de l’azote, dans les bonnes proportions, aboutira à un compostage rapide. La bonne préparation du site est un autre aspect à considérer pour réduire au minimum l’arrêt des activités de compostage en raison des conditions météorologiques et pour prévenir les effets environnementaux sur les eaux superficielles et souterraines.

Le projet comporte l’expérimentation de divers composts (déchets de cours de régions urbaines, déchets de cuisine, fumier de porc), du gypse, de déchets de laine minérale de serre et de sable de plage afin de déterminer leur aptitude à améliorer la fertilité, la densité apparente, la perméabilité, la porosité (espace rempli d’air) et la capacité en eau assimilable par les plantes des sols clés.

Les résultats préliminaires montrent que plusieurs substances, en particulier les composts et les déchets de laine minérale, peuvent améliorer sensiblement la qualité du limon argileux de Brookston.

Les études de terrain montrent que l’addition de compost de déchets d’aliments, à une concentration de 400 tonnes/hectare, diminue la densité apparente près de la surface du sol à une valeur pratiquement idéale. La perméabilité du sol augmente également par un facteur de 27, la porosité du sol croît de plus du double, passant d’un pourcentage défavorable de cinq pour cent à un pourcentage pratiquement idéal de onze pour cent, et la capacité en eau assimilable par les plantes progresse d’une valeur relativement faible de dix pour cent à un pourcentage raisonnablement bon de 18 pour cent. Les besoins en engrais chimiques ont diminué jusqu’à 85 pour cent et les récoltes de maïs ont augmenté jusqu’à 40 pour cent.

Une étude en laboratoire a montré que les déchets de laine minérale améliorent la densité apparente, la perméabilité et la porosité du sol. La laine minérale, un produit manufacturé, est un milieu de croissance inerte constitué de roche naturelle fondue pour donner de longs filaments fibreux.

Les futurs travaux de recherche porteront sur la longévité des applications de compost, sur les taux d’application optimaux des divers amendements, sur les avantages au plan de la fertilité et sur les effets environnementaux.

D’autres études conduites à Harrow et ailleurs montrent qu’il est aussi possible d’améliorer la qualité du sol par un drainage par tuyaux enterrés ou un drainage superficiel, par les rotations des cultures; les nouvelles méthodes de travail du sol ont été un succès partiel, mais les rendements culturaux (en particulier du maïs de plein champ) sont encore bien inférieurs aux valeurs possibles.

Le Centre de recherches sur les cultures abritées et industrielles d’AAC, à Harrow, fait partie du réseau national de 19 centres de recherche en agriculture. Entre autres priorités, le centre apporte d’importantes contributions à la santé environnementale des terres agricoles par des recherches sur la qualité et l’utilisation durable des sols de l’Ontario.

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux admettent que la viabilité et la rentabilité à long terme de l’agriculture dépendent de son aptitude à cohabiter en harmonie avec l’environnement naturel. Grâce au Cadre stratégique pour l’agriculture, AAC et d’autres ministères de l’agriculture encouragent les agriculteurs à conserver de bonnes pratiques environnementales, comme le compostage, pour accroître la rentabilité et entretenir un lien d’importance avec les consommateurs de plus en plus soucieux du respect de l’environnement.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Centre de recherches sur les cultures abritées et industrielles
http://res.agr.ca/harrow/

Commentaires