Les marchés de producteurs : un joueur économique d’importance

St-Catharines (Ontario), 18 février 2009 – Les Marchés agricoles Canada (MAC) ont dévoilé les résultats de leur enquête nationale 2009 sur l’impact des marchés agricoles lors de la première assemblée générale annuelle et première conférence annuelle, les 16 et 17 février, à St-Catharines, en Ontario. L’enquête, à laquelle ont participé des marchés agricoles de toutes les provinces, est la plus complète jamais menée sur ce sujet en Amérique du Nord.

Comme le démontre l’enquête, menée en 2008 auprès de 508 marchés, lesmarchés agricoles sont devenus un joueur économique d’envergure pour leurscommunautés d’accueil et pour l’économie canadienne. Les marchés jouent unrôle clé dans la vente de produits agricoles, avec des ventes annuellesestimées à 1,03 milliard, et un impact économique de 1,55 à 3,09 $ milliardspar an. Ceci représente le pouvoir d’achat d’environ 28 millions devisiteurs-acheteurs ayant dépensé un montant approximatif de 32 $ par visite.

Les marchés agricoles ont vu leur popularité augmenter de façonexponentielle au cours des dernières années, en réponse à la demande desconsommateurs, qui souhaitent avoir un meilleur accès à leurs agriculteurslocaux et vivre une véritable expérience d’achat communautaire. L’enquête aconfirmé que l’intérêt des consommateurs est en étroite relation avec leurappui pour l’agriculture locale et l’accès à des aliments frais et bons pourla santé.

“Plusieurs raisons expliquent le succès des marchés agricoles”, souligneRobert Chorney, président de MAC. “Les consommateurs ont clairement exprimé ledésir de revenir vers des aliments produits localement, plus frais etmeilleurs pour la santé. Ils croient sincèrement à l’importance d’acheter dans

Les marchés agricoles au Canada : un joueur économique d’importance – 2. leur communauté, une question d’intégrité pour eux. Plus de 60 % des acheteurs interrogés considèrent d’ailleurs très important d’acheter leursaliments directement d’un agriculteur local.

En achetant localement, les consommateurs aident les agriculteurs d’ici.L’enquête a révélé que les marchés agricoles jouent un rôle significatif enmatière de revenus agricoles. En effet,

les ventes des marchés agricoles représentent, pour 42 % des vendeurs,plus de la moitié de leur revenu agricole annuel. C’est sans compter que plusde la moitié des vendeurs ont créé jusqu’à cinq emplois liés à leurparticipation à un marché agricole.

“Nous en sommes au point où nous devons trouver davantage de producteurset de vendeurs pour satisfaire la demande croissante pour les marchésagricoles”, ajoute M. Chorney. “Nous sommes sans cesse à recruter de nouveauxvendeurs et à aider des communautés à mettre sur pied des marchés”.

La mission de l’organisme consiste à faire la promotion des marchésagricoles et à développer des initiatives et partenariats nationaux afin defavoriser la viabilité, la croissance et la prospérité de l’industriecanadienne des marchés agricoles.

Alex Atamanenko, député de Colombie-Britannique-Southern Interior etporte-parole du NPD en matière d’agriculture, d’agroalimentaire et desaffaires rurales, a prononcé les propos d’ouverture de la conférence annuelle.M. Atanamenko appuie depuis longtemps la cause des marchés agricoles. Sesremarques ont été suivies du dévoilement des résultats de l’enquête nationalesur l’impact des marchés agricoles, présentés par Lauree et Doug Vallery, dela firme Experience Renewal Solutions Inc., de Toronto.

La conférence de MAC a été suivie du 19e symposium annuel de réseautagede Farmers’ Markets Ontario, qui a eu lieu de concert avec le congrès et saloncommercial annuel de l’organisme Ontario Fruit & Vegetable – promu comme étantl’événement horticole le plus important au Canada.

L’enquête nationale sur l’impact des marchés agricoles a été financée parle Programme pour l’avancement du secteur canadien de l’agriculture et del’agroalimentaire d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, un programme de 240millions de dollars sur cinq ans. Ce programme vise à positionner le secteurde l’agriculture et de l’agroalimentaire canadien à l’avant-garde, afin qu’illui soit possible d’exploiter les nouvelles possibilités du marché.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
http://www.agr.gc.ca

Commentaires