Les protéines animales ont tiré les prix vers le haut en 2020

Les protéines animales ont tiré les prix vers le haut en 2020

Pandémie oblige, les habitudes des consommateurs se sont modifiées en 2020, entrainant une hausse de leurs achats d'aliments. Les prix ont également connu durant la dernière année une hausse liée aux ajustements de la chaine d'approvisionnement en raison de la COVID-19. Si les dépenses pour la nourriture a connu la plus forte poussée, les Québécois ont payé plus cher pour les protéines animales. Le boeuf a, par exemple, coûté 8,3% de plus qu'en 2019. Même chose pour le porc, dont le prix a augmenté de 7,8%. Celui du poulet a progressé de 5,4%, alors que les œufs ont coûté 6,9% plus cher. Pour l'ensemble des aliments, la hausse des prix en 2020 est toutefois moindre qu'en 2019 à 2,5% l'an dernier, contre 2,8% l'année précédente.

"Dans un contexte marqué par les fermetures passagères d’usines d’abattage et de découpe à la suite des éclosions de COVID-19 au Canada et aux États-Unis, la vigueur de la demande (domestique et extérieure) explique en grande partie la hausse observée", indique le rapport BioClip sur les prix alimentaires.

La hausse enregistrée au Québec en 2020 pour les aliments se situe toutefois aux alentours de la moyenne canadienne. Les prix des aliments et des boissons alcoolisées ont gagné respectivement 2,5% et 1,1% au Québec. L’augmentation du coût du panier d’épicerie en 2020 n’a pas dépassé la progression observée en 2019.

Sans surprise, les Québécois ont cuisiné plus. Les ventes en magasin ont bondi de 11% en 2020 par rapport à 2019.

Les marques québécoises ont gagné des parts de marché dans les magasins par rapport à l’ensemble des ventes alimentaires au Québec. Pour l'année terminée le 6 mars 2021, la part des ventes des 615 marques québécoises est passée de 14,5% à 16,2%.

Source: BioClips

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires