Les recettes monétaires agricoles ont connu un niveau record en 2004 selon un bilan du MAPAQ

Québec (Québec), 21 juillet 2005 – Grâce à l’amélioration des revenus tirés des marchés, les recettes agricoles, au Québec, ont culminé à un niveau record de 6,3 milliards de dollars en 2004, ce qui représente une hausse de 5,7 % par rapport à l’année précédente.

C’est ce qu’on apprend, entre autres choses, à la lecture de L’activité bioalimentaire au Québec – bilan 2004, document publié par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Dans l’ensemble, le secteur bioalimentaire a connu des bons résultats.

Le revenu net total de l’agriculture a été en hausse de 38,3 % pour s’établir à 878 millions de dollars. Les recettes liées au bétail et aux produits animaux ont connu une forte croissance de 9 %. Dans ce secteur, c’est le porc qui a présenté la plus forte augmentation (27,7 %), alors que les recettes pour la volaille et le lait ont montré des hausses respectives de 5,4 % et de 3,7 %. Toutefois, les recettes pour les bovins et les veaux sont en baisse de 6 % à cause de la baisse des prix due à la crise de la vache folle. Le secteur des cultures laisse voir pour sa part une augmentation de 3,5 % de ses recettes.

Bon rendement du secteur de la transformation
La valeur des livraisons québécoises de l’industrie des aliments, des boissons et du tabac est estimée à 19,9 milliards de dollars en 2004. C’est une croissance de 3,8 % par rapport à 2003 et la part des livraisons de l’industrie dans l’ensemble manufacturier a atteint près de 15 %.

Plusieurs secteurs de la transformation alimentaire ont enregistré des hausses importantes. Il s’agit notamment de l’industrie de la fabrication des produits de la viande (11,5 %), de l’industrie de la fabrication des produits laitiers (8,3 %) et de celle de la fabrication d’aliments pour animaux (5,7 %). Mentionnons, pour ce qui est de l’industrie de la viande, que le sous-secteur de la transformation de la volaille a particulièrement connu une forte croissance (18,1 %) au cours de l’année 2004.

Reprise des exportations
Après un ralentissement en 2003, la valeur des exportations bioalimentaires du Québec a connu une reprise en 2004, avec une hausse de 4,8 %, pour atteindre 3,7 milliards de dollars.

Cette croissance s’explique par l’augmentation des expéditions de plusieurs produits, notamment le porc (19 %), les produits marins (15 %) et les céréales non transformées (56 %). Cependant, les exportations du cacao et de ses préparations sont en baisse de 13,7 %.

Hausse de la demande alimentaire
La demande intérieure pour les produits alimentaires a connu une croissance de 2,8 % en 2004, comparativement à 4,9 % en 2003, pour se situer à 26,2 milliards de dollars. Les ventes au détail des supermarchés se sont chiffrées à 13,1 milliards de dollars, ce qui représente une hausse de 1,2 % par rapport à l’année précédente. Pour le secteur de la restauration, les recettes se sont établies à 7,6 milliards de dollars, en hausse de 4,5 %.

Les autres ventes au détail, soit celles des dépanneurs, des magasins d’alimentation spécialisés et de boissons alcoolisées, ont atteint 5,4 milliards de dollars; il s’agit d’une hausse de 4,5 % comparativement à l’année précédente.

Plus de 5 800 nouveaux emplois
En 2004, on a assisté à la création de plus de 5 800 emplois dans l’industrie bioalimentaire et du tabac, ce qui correspond à une légère hausse de 1,3 %, après une baisse de 0,6 % observée en 2003.

La majorité des gains d’emplois ont été relevés dans les magasins d’alimentation et la restauration. Les premiers ont créé à eux seuls plus de 10 000 nouveaux emplois, soit une forte augmentation de 9 %. Cependant, le secteur de la transformation et celui de l’agriculture ont perdu respectivement 715 et 5 500 emplois en 2004.

Stabilité des investissements
Pour 2004, les immobilisations dans l’ensemble du secteur bioalimentaire sont estimées à 2,1 milliards de dollars. Ce montant se compare à celui de 2003 mais représente une hausse de 3 % par rapport à la moyenne des cinq années précédentes. Le secteur de l’agriculture et des pêches et celui des magasins d’alimentation accaparent plus de la moitié des immobilisations bioalimentaires.

L’activité bioalimentaire au Québec – bilan synthèse 2004 (PDF, 602 ko)

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires