Légère hausse des recettes agricoles québécoises au 1er semestre 2008

Québec (Québec), 22 septembre 2008 – Les recettes monétaires totales (vente de produits agricoles et paiements de programmes) ont connu une légère augmentation (+ 1,9 %) au premier semestre de 2008 comparativement à la même période en 2007. Elles sont évaluées à 3 377,0 M$. Les recettes provenant dumarché ont crû de 7,0 % en raison de la bonne performance du secteur végétal(+ 26,7 %), tandis que le secteur animal demeurait au beau fixe (+ 0,4 %). Lespaiements de programmes ont pour leur part subi une baisse importante(- 21,2 %). Ces données sont tirées du bulletin Agro-Flash publié aujourd’huipar l’Institut de la statistique du Québec (ISQ). Ce document présente lesrecettes et les dépenses du secteur agricole sur une base semestrielle etannuelle.

Durant le premier semestre de 2008, l’ensemble du secteur végétal génèredes recettes de 860,5 M$. C’est un accroissement de 26,7 % comparativement àla même période de l’an dernier. Cette hausse est principalement attribuableau mais (+ 128,6 M$) en raison de la reprise des volumes commercialisés(+ 56,4 %) et de l’embellie des prix payés aux producteurs (+ 14,0 %).Egalement en hausse, les recettes des céréales autres que le mais (+ 15,9 M$)affichent un redressement des quantités mises en marché (+ 18,7 %) et du prixde vente (+ 41,1 %).

Au cours de la première demie de 2008, les recettes monétaires desproductions animales sont demeurées stables (2 040,3 M$). Cependant, il y adissemblance entre les productions. Les trois secteurs : autres animaux(principalement le dindon), bovins et poules et poulets ont connu les plusimportantes hausses avec des augmentations respectives des recettes de 18,0 %,14,6 % et 13,0 %. Pour ces secteurs, la croissance s’explique principalementpar une hausse des prix de vente.

À l’opposé, le secteur porcin a subi une diminution de 16,2 % de sesrevenus provenant du marché, et ce, malgré une augmentation de 5,9 % du nombrede porcs vendus. La chute des recettes monétaires s’explique par une baisse de20,8 % des prix payés aux producteurs. D’ailleurs, les prix de la période dejanvier à juin 2008 sont les plus bas observés au cours du premier semestredes dix dernières années.

En vertu des paiements de programmes, les agriculteurs ont touché475,8 M$ durant le premier semestre de 2008. Comparativement à l’année 2007,c’est une chute de 21,2 % imputable au redressement observé au niveau desrecettes monétaires des céréales et oléagineux. Ces paiements ont atteint dessommets durant le premier semestre de 2006 (552,3 M$) et de 2007 (603,6 M$).Leur part relative dans les recettes monétaires du premier semestre est passéede 17,6 % en 2006 à 18,2 % en 2007, avant un repli à 14,1 % en 2008.

Pour en savoir davantage et obtenir plus de détails sur les donnéeschiffrées, veuillez vous référer à la dernière édition de l’Agro-Flash,accessible sur le site Web de l’ISQ.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Institut de la statistique du Québec
http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/agricult/index.htm

Commentaires