L’impact des investissements publics en forêt privée

Rimouski (Québec), 27 mars 2001 – La Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent, organisme voué à la recherche et au développement dans le domaine de la foresterie durable, vient de publier les résultats d’une étude socio-économique qui démontre l’importance de l’existence du programme d’aide à l’aménagement de la forêt privée, pour l’ensemble de la collectivité.

Depuis une trentaine d’années, l’État consacre d’importantes ressources à la mise en valeur des forêts privées. On parle aujourd’hui d’un programme d’assistance à la production sylvicole. À l’origine, l’objectif de la mise en place de ce programme était d’apporter une solution à l’exode démographique en mobilisant les communautés rurales autour de la forêt. On cherchait aussi une façon d’améliorer le rendement de la forêt dont dépendent ces mêmes communautés.

Depuis 1971, on évalue les dépenses publiques en forêt privée à environ 1,5 milliard $, mais peut-on vraiment conclure à des retombées significatives pour le milieu? La société elle-même récupère-t-elle sa mise de fonds et, comme le suggèrent certains observateurs, ne s’agit-il que d’une initiative qui facilite l’accès aux programmes d’assurance emploi.

Pour faire le point sur la question, la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent rassemblait au printemps dernier un groupe de spécialistes formé de Luc Bouthillier de l’Université Laval, d’Oleg Stanek du GRIDEQ à l’Université du Québec à Rimouski et Robert Savoie de la firme Inté[email protected] Cette équipe entreprit d’analyser le cas du Groupement forestier de l’Est du Lac Témiscouata.

L’étude révèle entre autres que sans les efforts d’aménagement, la possibilité de récolte serait actuellement inférieure d’environ 25 % sur le territoire relevant du Groupement. Au plan économique, les auteurs concluent que, pour chaque dollar sorti du trésor public, des retombées nettes de 1,85 $ sont générées par l’activité du Groupement forestier.

Il ressort donc de tout ceci que l’investissement dans l’aménagement de la forêt privée est une activité rentable. Dans une perspective d’économie publique, le programme de mise en valeur contribue de façon bien réelle à l’autonomie des régions comme celle du Bas-Saint-Laurent.

On peut obtenir copie de l’étude en s’adressant à la Forêt modèle du Bas-Saint-Laurent.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La forêt modèle du Bas-Saint-Laurent

http://wwwforet.fmodbsl.qc.ca/

Commentaires