L’Iowa traque des pertes astronomiques de sol

Selon l’expert en gestion de l’eau et des sols,  Dr Richard Cruse de l’Université de l’État de l’Iowa, les pertes de rendements des récoltes pour les agriculteurs de l’Iowa dues à l’érosion des sols se chiffrent à plus d’un milliard $ US par année.

Dr Cruse et son équipe ont mis au point une carte interactive pour traquer les pertes de sol dans ce petit État du Midwest et grenier céréalier des États-Unis. Un outil qui pourrait être inspirant pour le Québec.

Le Département de l’agriculture américain (USDA) affirme que des pertes de 12,35 t/ha sont « tolérables », explique le professeur en entrevue téléphonique. Son équipe cherche à définir combien de pertes un sol peut tolérer avant de perdre sa capacité de soutenir la production d’une récolte en santé. « La science, elle, nous dit que la perte “soutenable” pour assurer le seuil de régénération d’un sol est moins de 2,47 t/ha ou d’une t/acre. Il y a une grande différence entre les mots “tolérable” et “soutenable”.

Le Département de l’agriculture américain affirme aussi que les pertes moyennes de sol en Iowa sont de 12,8 t/ha et de 9,6 t/ha pour le Midwest. Mais un rapport de l’Environmental Working Group1 basé sur le travail du Dr Cruse révèle que certaines zones de l’Iowa subissent des pertes de 123,5 t/ha à 150 t/ha soit dix à douze fois plus. Et près de 2,4 millions d’hectares de l’État subissent le double des pertes dites “tolérables”. Cette superficie est plus grande que celle cultivée au Québec.

L’équipe du Dr Cruse compile les données recueillies par des senseurs satellites disposés dans plus de 800 000 endroits de l’État pour calculer les pertes de sol journalières selon le climat. Ces données, estime le chercheur, sont bien plus précises que celles du gouvernement fédéral. “On fait appel à de la haute technologie pour déterminer la pente des sols et on ne travaille plus sur la base de municipalités, mais de bassins versants”, dit-il.

Toute cette information est compilée sous la forme d’une carte journalière interactive disponible aux agriculteurs et aux décideurs afin de les aider dans la gestion des terres agricoles. Ceci à l’heure où de violentes et plus fréquentes tempêtes provoquées les changements climatiques vont accentuer l’érosion des sols.

 

Source : Le Bulletin des agriculteurs, novembre 2015; Environmental Working Group1

 

à propos de l'auteur

Journaliste, photographe et agroéconomiste

Nicolas Mesly

Nicolas Mesly est agroéconomiste, journaliste et photographe spécialisé dans les enjeux agroalimentaires. Il couvre les grandes cultures pour Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires