Menace sur la carrière d’un scientifique britannique sceptique face aux OGM

Londres (Anlgeterre), 26 juillet 2003 – Un scientifique britannique sceptique face aux organismes génétiquement modifiés (OGM) a fait l’objet de pressions et des personnes « de haut rang au niveau scientifique ou hiérarchique » ont tenté de saboter sa carrière, a révélé le gouvernement britannique.

Ces pressions contre Andrew Stirling, expert en évaluation des risques au sein de l’université du Sussex (sud de l’Angleterre) et membre d’une commission de 24 scientifiques et conseillers mise sur pied par le gouvernement de Tony Blair pour réfléchir sur le thème des OGM, ont été dévoilées par un site internet officiel du gouvernement consacré aux OGM.

L’identité des auteurs de ces interventions en sous-main n’a cependant pas été précisée. Ils auraient tenté de saboter la carrière du professeur Sterling en critiquant ses travaux et en essayant de convaincre les personnes qui financent ses recherches d’interrompre leur aide financière.

« Le succès de la commission dépend fondamentalement de la possibilité pour ses membres d’apporter leur contribution de bonne foi, sans craindre de voir leurs recherches, leur réputation professionnelle ou leurs financements minés par des interventions clandestines », a déclaré David King, conseiller en chef du gouvernement en matière scientifique.

Mais « récemment, de telles interventions ont eu lieu, de la part de personnes de haut rang au niveau scientifique ou hiérarchique », a regretté David King, également président de cette commission sur les OGM, dans une déclaration publiée in extenso sur le site gouvernemental consacré aux OGM.

Cette commission a rendu un premier rapport lundi, dans lequel elle a estimé que les arguments scientifiques ne justifient pas l’interdiction des cultures transgéniques pour l’instant.

Elle s’était cependant interrogée sur les effets potentiels sur les terres agricoles et la faune et la flore, recommandant de plus amples recherches scientifiques en matière d’allergies, d’écologie des sols, de biodiversité et sur les conséquences sur le brassage des gènes.

Source : AFP

Commentaires