Meurtre d’un paysan opposé aux essais de cultures transgéniques au Brésil

Ottawa (Ontario), 8 novembre 2007 – Le 8 novembre à Ottawa, à Montréal, et à Arva en Ontario, des délégations du milieu agricole et de la société civile associées au Réseau canadien d’action sur les biotechnologies (RCAB) ont observé une minute de silence et ont livré des lettres pour dénoncer le meurtre de Valmir Mota de Oliviera, porte-parole d’une association de paysans opposés aux essais de cultures génétiquement modifiées menés par la multinationale Syngenta au Brésil. Les lettres visaient également à dénoncer l’utilisation de milices armées pour patrouiller ces champs d’essai.

Ces actions se déroulaient dans le cadre d’une journée d’action mondiale organisée par le mouvement international des paysans Via Campesina, dont sont membres le Syndicat national des cultivateurs (NFU) et l’Union paysanne.

Le 21 octobre 2007, des manifestants membres du Mouvement des sans-terre (MST) du Brésil ont été attaqués par des hommes armés qui ont tiré sur M. Mota à bout portant. Les manifestants avaient occupé un terrain, propriété de Syngenta, dont la multinationale se sert pour ses essais de semences transgéniques. Le terrain est situé dans une zone écologiquement sensible près d’un parc national et son statut juridique est contesté par l’État de Parana. Le MST affirme que l’attaque visait M. Mota et d’autres dirigeants du mouvement, tous ayant reçu des menaces de mort auparavant. L’un des attaquants à également été tué dans des circonstances qui n’ont pas encore été éclaircies.

« Les agriculteurs canadiens qui achètent les semences de Syngenta doivent savoir que les essais de cultures transgéniques de la multinationale se font au prix de la vie d’agriculteurs brésiliens », de dire Colleen Ross, Présidente de la section NFU Femmes et membre de la Commission sur la biodiversité de Via Campesina. La délégation d’Ottawa, à laquelle Mme Ross participait, a livré une lettre à l’ambassade du Brésil. Participaient également à cette délégation des représentants de l’Association des agriculteurs écologiques de l’Ontario (EFAO) ainsi que des organismes de coopération internationale Inter Pares et USC Canada.

À Montréal, des résidants se sont joints à l’Union paysanne devant le consulat du Brésil. « Il est profondément choquant de constater que des militants agricoles sont menacés et tués en tentant d’exercer leur droit démocratique de protester », a affirmé Karen Rothschild de l’Union paysanne.

À Arva en Ontario, des fermiers ont livré une lettre au siège social de Syngenta semences et ont observé une minute de silence devant les portes de l’entreprise. « Nous observons ce moment de silence en commémoration de notre collègue défunt Valmir Mota de Oliviera ainsi que de l’autre homme décédé dans des circonstances inconnues », a affirmé Allan Slater, représentant ontarien au comité international du NFU.

Syngenta est le plus important vendeur de produits agrochimiques et le troisième plus grand semencier au monde. Syngenta met en marché au Canada des variétés transgéniques de maïs résistant aux insectes.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Syngenta Canada
http://www.syngenta.ca/

Union Paysanne
http://www.unionpaysanne.com/

Commentaires