Nouvelle directrice du Centre d’expérimentation et de transfert technologique en acériculture du Bas-Saint-Laurent

17 décembre 2003 – Le président du conseil d’administration du Centre d’expérimentation et de transfert technologique en acériculture du Bas-Saint-Laurent (CETTA), monsieur Bernard D’Amours, est heureux d’annoncer la nomination de madame Suzette de Rome au poste de directrice générale de ce centre.

Détentrice d’un baccalauréat en sociologie et d’une scolarité de maîtrise en aménagement du territoire et développement régional de l’Université Laval, Mme de Rome est connue dans le Bas-Saint-Laurent par ses nombreuses années d’expérience dans le développement économique dont le service de développement du Groupement forestier et agricole Tâché, le programme créateurs d’entreprises, la direction du CADC et de la SADC de la MRC de Rivière-du-Loup. Depuis les sept dernières années, Mme de Rome travaillait principalement dans le secteur agroalimentaire au sein du Conseil régional de concertation et de développement du Bas-Saint-Laurent où elle avait entre autres la responsabilité du dossier acéricole qui vise à développer la transformation en recherchant de nouveaux créneaux de développement sur les marchés européens. Mme de Rome restera d’ailleurs en lien avec le CRCD pour ce dossier. De plus, elle a exploité pendant environ une quinzaine d’années le restaurant-auberge la Maison Le Béluga à Notre-Dame-du-Portage. Mme de Rome est aussi très impliquée dans le milieu ; elle a été, entre autres, présidente de l’Association touristique du Bas-Saint-Laurent, présidente également des Associations touristiques du Québec, siégeant sur de nombreux comités.

Fait intéressant, Mme de Rome revient à temps plein au domaine acéricole puisqu’elle avait travaillé à son arrivée au Bas-Saint-Laurent à l’érablière La Grande Coulée, qui était à cette époque l’érablière la plus importante du Québec tant par sa taille que pas son développement technologique.

On se rappelle que le Centre d’expérimentation et de transfert technologique en acériculture du Bas-Saint-Laurent a été fondé l’été dernier et correspond à un besoin de l’industrie acéricole bas-laurentien de se doter d’un tel centre. En effet, même si la production du sirop d’érable existe depuis des siècles, les défis en production et transformation des produits de l’érable sont nombreux et s’accumulent depuis longtemps avec la croissance fulgurante qu’a connue cette industrie au cours des 20 dernières années. À titre d’exemple, la région du Bas-Saint-Laurent est passée en 20 ans de 750,000 entailles à plus de 6,000,000. Expérimenter de nouvelles façons de faire, de nouveaux équipements, transférer des connaissances, augmenter la valeur ajoutée des produits transformés sont des dossiers que le nouveau centre aura à mettre sur pied.

Commentaires