Nouvelle souche d’encéphalopathie spongiforme bovine en Italie

Washington (États-Unis), 17 février 2004 – Une équipe de scientifiques italiens vient de découvrir une nouvelle forme de la maladie de la vache folle qui ressemble davantage à la maladie humaine de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) qu’à l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB).

L’ESB et la MCJ sont causées par des formes différentes de protéines mutantes appelées prions. Plusieurs personnes, principalement en Grande-Bretagne, souffraient également de ce qui est appelé la MCJ variante humaine, une maladie cérébrale dont on pense qu’elle se contracte par la consommation de viande de vache infectée.

Cette étude a été réalisée par une équipe de chercheurs du département de neurologie et de science visuelle de la policlinique GB Rossi de Vérone. Elle est présentée sur le site Internet des Annales de l’Académie américaine des Sciences.

L’équipe dirigée par Salvatore Monaco présente une étude portant sur huit vaches atteintes d’ESB a permis de découvrir que deux d’entre elles présentaient des lésions cérébrales ressemblant à celles des victimes humaines atteintes de MCJ. Selon cette équipe, ces vaches ont été infectées par des prions ressemblant à ceux qui causent la forme normale de la maladie humaine baptisée MCJ sporadique et non pas la variante causée par la consommation de viande infectée.

Salvatore Monaco estime que les conclusions de cette étude permettent de penser que le bétail peut également développer une forme sporadique de la maladie, mais cela pourrait également être une nouvelle forme de la maladie causée par la viande.

Les maladies humaine et animale provoquent des trous dans le cerveau. L’équipe italienne a découvert qu’outre ces trous, deux vaches présentaient une accumulation de plaque amyloïde dans le cerveau. Les plaques amyloïdes sont un indicateur de la maladie d’Alzheimer chez l’homme. Ces plaques sont également présentes chez des malades atteints de MCJ sporadique mais n’ont pas été trouvées dans le bétail, selon ces chercheurs.

L’équipe italienne a décidé de baptiser cette nouvelle forme d’ESB, l’ESBA. « Bien qu’uniquement observée sur deux vaches, le phénotype ESBA pourrait être plus courant que prévu », note cette équipe.

Interrogé par courrier électronique, Monaco a expliqué qu’il pensait que l’incidence de l’ESBA pourrait atteindre 5% des vaches présentant les symptômes de la maladie.

Mais si l’ESB et la MCJ partagent plusieurs caractéristiques, l’équipe italienne restent prudents sur un éventuel lien en les deux.

Source : AP

Commentaires