OGM et pesticides: deux poids, deux mesures chez Loblaws selon Greenpeace

Montréal (Québec), 13 mars 2002 ­ Greenpeace accuse Loblaws de deux poids deux mesures dans le dossier des pesticides et des OGM. Loblaws vient
d’annoncer le retrait des pesticides chimiques de la gamme de produits
d’horticulture vendus par la chaîne des magasins Loblaws, Provigo et Maxi,
mais continue de vendre des produits alimentaires contenant des OGM
(organismes génétiquement modifiés) malgré les incertitudes scientifiques
et les risques pour l’environnement et la santé humaine. D’après Santé

Canada, plus de 60% des aliments transformés contiendraient des OGM.

« Loblaws n’est pas très logique dans sa démarche. D’un côté, l’entreprise acceptent de retirer les pesticides chimiques, mais continue de vendre des aliments contenant des OGM qui sont indirectement des pesticides et/ou des herbicides ! », constate Éric Darier responsable de la campagne OGM pour Greenpeace. « De plus, Loblaws rend public la nouvelle
du retrait des pesticides, mais refuse toujours l’étiquetage des produits
alimentaires contenant des OGM » souligne Éric Darier.

Greenpeace a contacté Loblaws à multiples reprises à ce sujet. Notamment,
Greenpeace a écrit récemment à M. Bernard McDonell, président de Provigo
inc. pour lui demander: l’étiquetage des produits contenant des OGM comme
mesure intérimaire; le retrait des ingrédients contenant des OGM de toutes les marques maison
de Provigo, Maxi et Loblaws, telles que Sans Nom et le Choix du Président;
qu’il avertisse ses fournisseurs que Loblaws va progressivement mettre fin

aux achats de produits contenant des OGM.

« Greenpeace invite les consommateurs et consommatrices à contacter les
magasins Loblaws, Provigo et Maxi pour exiger l’étiquetage obligatoire en
attendant le retrait complet des OGM. On peut téléphoner à Loblaws : tél
(514) 383-5351 ou 1-800-296-2332 ou envoyer une lettre, un courriel ou un
fax à : M. Galen Weston, Président, 22, avenue St-Clair Est, Toronto
(Ontario) M4T 2S7; tél.: (416) 922-2500; télécopieur (416) 922-4395;
courriel: [email protected].

« En Europe, c’est la mobilisation des consommateurs qui a forcé les
entreprises à retirer les OGM des aliments et les gouvernements à imposer
des moratoires et l’étiquetage obligatoire. Nous pouvons obtenir les même
résultats ici », de conclure Éric Darier.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Greenpeace Canada

http://www.greenpeacecanada.org/

Loblaws Companies Limited

http://www.loblaw.com/

Provigo

http://www.provigo.ca/

Commentaires