OGM : la France consulte le public sur des essais en plein champ

Paris (France), 10 mai 2004 – Le gouvernement français a lancé une consultation en ligne sur huit nouveaux programmes de recherche transgénique cette année en France, portant essentiellement sur des essais de maïs en plein champ.

Cette consultation accessible sur le site (www.ogm.gouv.fr) est organisée par les ministères de l’Agriculture, de l’Ecologie et de la Recherche.

« Ainsi les citoyens ont la possibilité de s’exprimer du 10 au 24 mai sur les huit nouveaux programmes de recherche déposés cette année », expliquent les ministères concernés dans un communiqué conjoint.

Le gouvernement doit se prononcer d’ici fin mai sur les nouvelles demandes autorisations déposées par les semenciers.

La Confédération paysanne, Greenpeace et Attac ont lancé la semaine dernière une campagne de mobilisation anti-OGM, demandant aux maires de France de prendre des arrêtés interdisant les essais dans leurs communes.

Le site du gouvernement informe le public sur le pourquoi des essais, le moratoire instauré depuis 1998 sur les mises en culture d’OGM, ainsi que l’enjeu et la place de cette biotechnologie dans le commerce international. Il fournit une cartographie complète des essais ainsi que l’identité des semenciers et des laboratoires de recherche.

« Si la recherche s’interrompait sur un domaine en évolution aussi rapide, il est à craindre que la France devienne alors totalement dépendante des autres pays et notamment des Etats-Unis », peut-on lire. « C’est pourquoi le gouvernement est attaché à ce que la recherche puisse se poursuivre sereinement et en toute transparence. »

Pour 2004, les demandes des semenciers concernent essentiellement du maïs transgénique. Le géant américain des semences, Monsanto, a présenté via Monsanto Europe deux programmes d’expérimentation pour le développement de « lignées et d’hybrides » de maïs transgénique.

La firme américaine Pioneer Genetique a de son côté déposé quatre programmes pluriannuels d’expérimentation de maïs résistant à certains insectes et qui tolère un herbicide.

Les décisions d’autorisation des nouveaux programmes de recherche sont prises par le ministre de l’Agriculture « en accord » avec son homologue de l’Ecologie.

En 2003, des manifestants anti-OGM avaient détruit durant l’été plusieurs hectares d’essais transgéniques en France.

Les essais français portent aussi sur du colza, du tabac, du peuplier et du café (Guyane). L’an dernier, on comptait 56 parcelles d’essais transgéniques dans 32 communes réparties sur 21 départements.

Source : Reuters

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Confédération paysanne
http://www.confederationpaysanne.fr/

Greenpeace Canada
http://www.greenpeacecanada.org/

Monsanto
http://www.monsanto.com/

Pioneer Hi-Bred Limitée
http://www.pioneer.com/canada/

Commentaires