OGM : les USA et 12 pays déposent plainte contre l’Union Européenne à l’OMC

Washington (États-Unis), 13 mai 2003 – Les États-Unis et douze autres pays vont déposer une plainte contre l’Union européenne pour son moratoire sur les produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM), devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a annoncé le représentant américain pour le Commerce Robert Zoellick.

« Le moratoire européen sur les produits contenant des OGM est en violation des règles sur le commerce international », a affirmé M. Zoellick en annonçant la demande américaine d’une procédure de consultations auprès de l’OMC contre le moratoire européen.

Il a ajouté que les « biotechnologies contribuent à nourrir les populations souffrant de la faim, offrent des occasions énormes pour une amélioration de la santé et contribuent à la protection de l’environnement parce qu’elles permettent de réduire l’érosion des sols et l’utilisation des pesticides ».

M. Zoellick, qui est chargé de porter l’affaire devant l’OMC au nom du gouvernement du président George W. Bush, a annoncé cette démarche lors d’une conférence de presse à Washington en présence des ambassadeurs ou diplomates de haut rang de douze pays dont l’Argentine, le Canada et l’Egypte.

Les autres pays sont l’Australie, la Nouvelle Zélande, le Mexique, le Chili, la Colombie, le Salvador, le Honduras, le Pérou et l’Uruguay.

Sept pays européens, dont la France, observent depuis 1999 un moratoire sur les importations de produits contenant des OGM en attendant l’adoption par l’UE d’une réglementation précise en matière d’étiquetage de ces produits.

Cette réglementation européenne, déjà adoptée par les ministres des quinze Etats membres, attend encore le feu vert du Parlement européen.

M. Zoellick avait menacé depuis plusieurs mois l’UE de porter cette affaire devant l’organe de règlement des conflits de l’OMC. Mais en raison de la guerre en Irak et des tensions internationales dues à l’opposition de Paris et Berlin en particulier à un conflit armé, le gouvernement américain avait tardé à prendre sa décision.

Celle-ci intervient à quinze jours du sommet du G8, réunissant les chefs d’Etat et de gouvernement des sept pays les plus industrialisés et de la Russie à l’invitation du président français Jacques Chirac les 1er et 2 juin à Evian en France.

M. Zoellick a par ailleurs évoqué les craintes exprimées par des pays en développement de ne pouvoir exporter leurs produits contenant des OGM à cause des strictes réglementations européennes en la matière et qui ne sont pas basées, selon lui, sur des données scientifiques.

Source : AFP

Commentaires