On veut semer!

Après une fin de semaine radieuse, voilà que se dessine à nouveau une semaine de temps pluvieux. Pour les semis, l’heure n’est pas à la panique, mais dans les campagnes du Québec, la fébrilité est palpable!

« Les producteurs sont plus que prêts, ils sont impatients! », rapporte Daniel Masse, agronome et gérant de territoire chez Semences Hyland.

En théorie, les semis ne sont pas officiellement en retard. Par contre, si on considère que jusqu’à ce jour, il a été très difficile de semer des céréales ou du foin, on se prépare à un beau casse-tête logistique quand le beau temps voudra enfin se pointer pendant plus de deux jours.

« Cette année, quand les conditions de terrain seront bonnes, il va être temps de semer non seulement le maïs et le soya, mais aussi le blé et le foin. Faudra-t-il prioriser les céréales pour minimiser les maladies, ou plutôt miser sur les rendements dans le maïs? », se demande Johanne Van Rossum, agronome et productrice à Sainte-Brigide-d’Iberville.

Chez cette agricultrice, ce seront les conditions de champ qui dicteront l’ordre des semis. « Si le premier champ qui est prêt est destiné à du maïs, nous sèmerons du maïs avant le blé! »

Il est encore trop tôt pour envisager changer nos hybrides de maïs ou de soya. Dans le sud du Québec, on peut facilement utiliser les mêmes hybrides jusqu’au 15 mai, et même plus tard selon certaines études, avant de les changer pour des variétés plus hâtives.

Mis à part les régions de la Montérégie qui sont affectées par les inondations, il ne suffira que de trois ou quatre jours de beau temps pour que les semis soient lancés, croit Daniel Masse. Parions que les semoirs rouleront jour et nuit!

Les avantages d’utiliser des semences traitées – dans le maïs comme dans le soya – se feront sentir cette année, indique Daniel Masse, surtout si le temps humide persiste.

Si certains producteurs forcent un peu la note et sèment dans un sol un peu trop humide ou frais, une semence traitée sera beaucoup moins vulnérable. « On obtient une meilleure germination et une meilleure émergence », dit Daniel Masse.

L’utilisation d’hybrides ayant une bonne cote d’émergence en contexte difficile pourrait s’avérer bénéfique. Ceux qui entreront au champ avant que les conditions idéales soient atteintes pourraient augmenter leurs taux de semis, puisque le pourcentage des grains qui émergeront risque d’être inférieur de 5 à 10 %.

Pluvieux jusqu’à samedi
Pour cette semaine, on prévoit du temps frais, nuageux et pluvieux jusqu’à samedi, sur l’ensemble du sud du Québec. D’après les prévisions de MétéoMédia, certaines régions au nord du fleuve Saint-Laurent pourraient voir un peu de soleil jeudi ou vendredi. La température restera sous les normales tout au long de la semaine.

Pour du beau temps, il faudra aller en Abitibi-Témiscamingue! Cette région connaîtra cette semaine une alternance de nuages et de soleil, sans précipitations.

Commentaires