Perspectives d’avenir de l’agriculture française

Paris (France), 30 mai 2007 – La croissance de la population, l’épuisement de certaines ressources, les changements climatiques, la contrainte énergétique ainsi que la part croissante des énergies issues de l’agriculture constituent pour la France autant de défis à relever. Pour répondre à ces défis, le Gouvernement entend engager une modernisation de l’agriculture et de la pêche françaises.

L’agriculture française emploie, avec les industries agro-alimentaires, plus de 1,6 millions d’actifs et constitue un des postes les plus dynamiques de nos exportations. Il est nécessaire de maintenir et amplifier l’effort de production qui fait de notre agriculture la première d’Europe. Celle-ci assure à notre pays son indépendance alimentaire et contribuera, à terme, à notre indépendance énergétique grâce au développement et à la diffusion des biocarburants. L’agriculture et la pêche françaises sont ainsi des atouts essentiels pour notre économie et notre rayonnement international, ainsi que pour l’aménagement et l’attractivité de nos territoires.

L’avenir de l’agriculture française passe par un nouveau pacte avec la société : il s’agit de promouvoir auprès du consommateur une alimentation sûre et de qualité, garantie par des contrôles scientifiques et certifiée par des labels d’origine reconnus. Il s’agit aussi de reconnaître que les agriculteurs sont des acteurs de l’environnement. Ces actions s’inscriront dans une démarche contractuelle, symbolisée par le futur « Pacte pour une agriculture et une pêche durables ».

Sur le plan international, il faut préserver nos marges de manoeuvre, en défendant les intérêts européens dans les négociations de l’OMC, ce qui nécessite une mobilisation de nos partenaires en faveur de la préférence communautaire. Dans ce but, la ministre de l’agriculture et de la pêche entamera cette semaine une série de déplacements dans les pays européens.

Ce grand chantier de la modernisation de l’agriculture exige d’engager un dialogue approfondi avec tous les acteurs concernés. La première étape consistera, dès la rentrée, à tenir des assises de l’agriculture. »

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture et de la pêche de la France
http://www.agriculture.gouv.fr

Commentaires