Plus équitable mais à poursuivre

Longueuil, le 24 mars 2000 – À la suite de l’annonce d’une nouvelle entente de trois ans sur la protection du revenu agricole, faite hier dans le cadre de la Conférence fédérale-provinciale des ministres de l’Agriculture, l’Union des producteurs agricoles (UPA) s’est dite satisfaite, appréciant le souci d’équité dont font preuve les intentions gouvernementales.







L’UPA déplore que la notion de risque ne soit toujours pas intégrée dans la politique fédérale.


Toutefois, l’organisation agricole déplore que la notion de risque ne soit toujours pas intégrée dans la politique fédérale, alors qu’elle sollicite depuis longtemps une entente à long terme en ce sens.

« L’entente survenue, a commenté monsieur Laurent Pellerin, président général de l’UPA, constitue une reconnaissance de l’importance de l’agriculture québécoise dans l’ensemble canadien. En répartissant les fonds selon les recettes monétaires et de marché, le Québec obtient une part qui reflète davantage la réalité, donc plus équitable. » L’UPA veut s’assurer cependant que la nouvelle entente offrira la souplesse nécessaire pour que le programme fédéral soit complémentaire aux programmes provinciaux.

« Au lieu de solliciter du Cabinet fédéral uniquement une somme additionnelle destinée à prolonger pour une troisième année l’aide en cas de catastrophe, le ministre Vanclief devrait tenter d’obtenir un programme de longue durée », a déclaré monsieur Pellerin. « Une entente à long terme est incontournable en matière de sécurité du revenu compte tenu des fluctuations importantes du marché et de la stabilité nécessaire à ce secteur d’activité », a-t-il conclu. C’est d’ailleurs une recommandation du Comité consultatif national sur la sécurité du revenu.

L’entente qui doit être ratifiée par chacun des gouvernements prévoit des versements annuels de 665 millions de dollars pour le programme de base et de 435 millions pour les programmes d’aide en cas de catastrophe. Avec la répartition révisée, le Québec obtiendrait 11,2 % de ce montant, soit 75 millions de dollars. Sous la précédente entente, le Québec a reçu au cours des quatre dernières années une moyenne annuelle de 67 millions.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires