Programme de réacheminement des déchets organiques au Bas-Saint-Laurent

La Pocatière (Québec), 5 décembre 2006 – Bernard Généreux, président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), représentant la Fédérationcanadienne des municipalités (FCM), et l’honorable Gary Lunn, ministre desRessources naturelles du Canada, ont annoncé aujourd’hui l’attribution d’unesubvention de 90 000 $ du Fonds municipal vert (FMV) à l’organismeCollectivités écologiques Bas-Saint-Laurent (Co-éco). La subvention aidera Co-éco et ses partenaires à examiner la possibilité de combiner les flux de déchets municipaux et commerciaux au compostage à la ferme, de même que la faisabilité de la mise en oeuvre d’un programme complet et à trois voies de réacheminement des déchets organiques résidentiels, commerciaux et agricolesdans les municipalités de La Pocatière, Saint-Pascal et Saint-Bruno,lesquelles font partie de la Municipalité régionale de comté (MRC) deKamouraska.

« Le Fonds municipal vert appuie les projets qui visent à maximiser lesavantages environnementaux, sociaux et économiques à l’échelle locale, adéclaré le président de la FQM, Bernard Généreux, représentant la FCM. Dans lecadre de ce projet, Co-éco et ses partenaires s’efforceront d’atteindre cetobjectif en déterminant la méthode de gestion des déchets qui assurera le tauxle plus élevé de réacheminement et de recyclage des déchets organiquesmunicipaux dans la MRC de Kamouraska. »

« Par le biais du Fonds municipal vert, le nouveau gouvernement du Canadaest fier d’appuyer les efforts des municipalités de tout le pays pouraméliorer la qualité de l’air, de l’eau et du sol, a souligné le ministreLunn. Ce projet novateur de Co-éco sera grandement avantageux pour la MRC deKamouraska et constitue un exemple de notre détermination à investir l’argentdes contribuables dans des projets qui permettront d’atteindre des résultatsconcrets au chapitre de la préservation de l’environnement. »

Le gouvernement du Canada a doté la Fédération canadienne desmunicipalités de 550 millions de dollars afin d’établir et de gérer le Fondsmunicipal vert. Le Fonds appuie les partenariats et sert de levier aux projetsfinancés par les secteurs public et privé en vue d’atteindre de nouvellesnormes de qualité de l’air, de l’eau, du sol et d’amélioration en matière deprotection du climat.

« La collecte à trois voies aidera la MRC à atteindre l’objectif de Lapolitique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008 visant àdétourner 60 pour cent des matières organiques de l’enfouissement d’ici à2008, a affirmé Mme Cécile Joseph, présidente de Co-éco. Les résultats decette étude orienteront les efforts des municipalités de la MRC de Kamouraskaet d’autres collectivités semblables qui sont à la recherche de solutions pourremplacer l’enfouissement. »

En moyenne, plus de 40 pour cent du volume des sacs d’ordures est composéde matières organiques compostables. Par ailleurs, l’enfouissement constitueun gaspillage des ressources et peut présenter des risques pourl’environnement et la santé. A cela il faut ajouter un coût économique nonnégligeable, puisque les matières organiques occupent près de un tiers del’espace des lieux d’enfouissement et que les coûts d’exploitation de cesderniers ne cessent d’augmenter. Au bout du compte ce sont les citoyens quidoivent en supporter le coût dans leurs taxes municipales. Le compostage desrésidus organiques permettra de détourner un volume important des lieuxd’enfouissement sanitaire, d’en économiser les coûts et de se réapproprier uneressource longtemps considérée comme un déchet. De plus, le compost produitsera utilisé comme fertilisant sur les terres agricoles, ce qui favoriseral’aération et le drainage du sol et réduira les besoins en engrais chimiquessur ces terres.

L’étude fera appel à la participation de plusieurs intervenants, soitCo-éco, les villes de La Pocatière, Saint-Pascal et Saint-Bruno, la MRC deKamouraska. Plusieurs autres partenaires locaux, notamment, trois producteursagricoles (Ferme-école Lapokita, Ferme Martinoise Inc. et Ferme Lutin),l’Institut de technologie agroalimentaire (ITA – campus de La Pocatière), leGroupe conseil agricole de la Côte-du-Sud (GCACS) et Nova Envirocomparticiperont également à l’étude.

La Fédération canadienne des municipalités (FCM) est la voix nationale des gouvernements municipaux depuis 1901. La FCM est vouée à améliorer la qualité de vie dans toutes les collectivités en favorisant des gouvernements municipaux forts, efficaces et responsables.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération canadienne des municipalités (FCM)
http://www.fcm.ca/

Fédération Québécoise des Municipalités (FQM)
http://www.fqm.ca

Commentaires