Projet de parachèvement de l’autoroute 30 : le rapport du BAPE est maintenant public

Québec (Québec), 20 février 2006 – A la demande du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, M. Thomas J. Mulcair,le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) rend publicaujourd’hui son rapport d’enquête et d’audience publique sur le Projet deparachèvement de l’autoroute 30 entre l’autoroute 15 et l’échangeur Jean-Lemanà Candiac et à Saint-Philippe par le ministère des Transports. Ce mandatd’enquête et d’audience publique a débuté le 29 août dernier. La commission,chargée de l’examen du projet, était présidée par M. François Lafond, assistépar M. Louis Dériger, commissaire.

Au terme de la consultation publique qu’elle a menée et de l’analyseeffectuée conformément à son mandat, la commission estime que la « réalisationde ce projet de parachèvement de l’autoroute 30 permettrait d’atteindre lesobjectifs de continuité des itinéraires, de fluidité et de sécurité duministère des Transports ».

Parmi les quatre options examinées, soit le tracé préliminaire, celuirecommandé ainsi que le tracé ouest du ministère des Transports et celuiproposé par la Ville de Candiac, la commission juge que « le tracé recommandé par le Ministère constituerait un compromis minimisant les impacts sur le milieu agricole et sur le développement du périmètre urbain de la ville de Candiac ». Elle estime toutefois que certaines mesures s’imposeraient dans lebut d’optimiser et de bonifier le projet.

Afin que le tronçon Jean-Leman ne soit pas perçu comme la nouvelle limitede l’urbanisation, la commission est d’avis qu’aucun échangeur ne devrait êtreajouté à l’endroit du rang Saint-André. Pour elle, « seules les entrées etsorties qui devraient être construites devraient être celles prévues par leministère des Transports à ses extrémités ».

Par ailleurs, la commission encourage le promoteur dans sa volontéd’inclure dans la zone agricole un espace résiduel non agricole de près de10 hectares au sud de l’échangeur autoroute15/autoroute30, comme mesure decompensation face aux pertes de territoire agricole provoquées par son projet.De façon à réduire encore plus ces pertes et à répondre aux préoccupations desparticipants à l’audience publique, la commission considère que « le projet deparachèvement de l’autoroute 30 entre l’autoroute 15 et l’échangeur Jean-Lemandevrait comprendre un viaduc qui maintiendrait la continuité entre le rangSaint-André et le boulevard Jean-Leman », lesquels sont situés de part etd’autre du projet analysé. De ce fait, la voie de desserte prévue en zoneagricole à l’est du tronçon projeté n’aurait plus sa raison d’être.

La réalisation du projet conduirait à une détérioration du climat sonorepour certains résidants en raison de la quiétude actuelle des lieux.Toutefois, avec les mesures d’atténuation prévues par le ministère desTransports, le niveau sonore moyen respecterait sa Politique sur le bruitroutier. Le programme de suivi sonore de dix ans prévu par le Ministère pourvérifier l’efficacité des mesures d’atténuation du bruit routier devraitcependant inclure le quartier résidentiel en développement le long duboulevard Jean-Leman. La superficie boisée résiduelle située à l’est duboulevard Jean-Leman devrait également servir de zone tampon, tant visuelleque sonore, pour le développement résidentiel prévu. La commission est d’avisqu’un « suivi à long terme des puits de la zone d’étude devrait en outre êtreréalisé afin de s’assurer qu’il n’y a pas de conséquences sur la qualité del’eau ».

Finalement, selon la commission, le ministère des Transports devraitcompenser toute perte de superficies boisées et s’assurer de la vitalité dureboisement par un suivi adéquat. Il devrait aussi mettre en place des mesuresde compensation afin d’éviter toute perte nette de milieux humides.

La disponibilité du rapport
Le rapport d’enquête et d’audience publique sur le Projet deparachèvement de l’autoroute 30 entre l’autoroute 15 et l’échangeur Jean-Lemanà Candiac et à Saint-Philippe est maintenant disponible. Vous pouvez leconsulter dans les centres de documentation du BAPE, dans les centres deconsultation ouverts dans le milieu visé de même que dans le site Internet duBAPE. Vous pouvez également enfaire la demande au bureau du BAPE, soit en communiquant par courriel àl’adresse suivante : [email protected], soit en composant le418 643-7447 ou, sans frais, le 1 800 463-4732.

Rappelons qu’au cours de la première partie de l’audience publique lacommission a tenu cinq séances publiques à Saint-Constant. Dans le cadre deson mandat, la commission a reçu 252 mémoires de la part de personnes, degroupes, d’organismes et de municipalités intéressés par ce projet. Endeuxième partie, 48 mémoires écrits et une intervention orale ont été entenduspar la commission.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)
http://www.bape.gouv.qc.ca/

Commentaires