Regard prospectif de l’industrie laitière canadienne sur la salubrité des aliments

Ottawa (Ontario), 16 mars 2009 – Les Producteurs laitiers du Canada (PLC), l’Association des transformateurs laitiers du Canada (ATLC) et le Comité national canadien de la Fédération internationale de laiterie (FIL Canada) ont tenu une conférence, les 11 et 12 mars 2009, sur la gestion de la salubrité des aliments dans l’industrie laitière et la chaîne alimentaire.

« Nous mangeons chaque jour. Les aliments sont essentiels à la vie etdoivent être traités avec respect », a dit Don Jarvis, président-directeurgénéral de l’Association des transformateurs laitiers du Canada, auxparticipants au début de la conférence. « Bien que rares, les éclosions sonttrès médiatisées et nous rappellent à tous, intervenants de l’industriealimentaire, que nous devons demeurer diligents dans la gestion des risques.Dans l’industrie laitière, tous les partenaires comprennent que les Canadiensméritent une alimentation salubre et que nous devons tous faire ce que nouspouvons pour mériter et gagner la confiance des consommateurs. »

Les aliments canadiens sont salubres. Les incidents sont rares. C’estjustement pourquoi ils attirent l’attention et peuvent miner la confiance desconsommateurs dans l’industrie alimentaire.

L’industrie alimentaire est très consciente de la nécessité de prouveraux consommateurs que nous faisons tout ce que nous pouvons pour améliorer lasalubrité des aliments. Au Canada, l’industrie alimentaire a adopté un systèmeà base de HACCP pour la salubrité des aliments. Les producteurs et lestransformateurs repèrent les dangers et enseignent à leur personnel à êtrevigilant et à gérer les dangers de manière à protéger au mieux la salubritédes aliments pendant leur manutention, leur transformation et leurdistribution aux consommateurs.

« Nous avons en place un système de salubrité des aliments pour maîtriserles risques qui se posent au Canada, et il est dans l’ensemble très efficace »,a dit Richard Doyle, directeur général des Producteurs laitiers du Canada.« Cependant, pendant cette conférence, nous avons appris comment la science aévolué et nous a donné de nouveaux outils, de nouvelles approches pour nousaider à préparer l’avenir. »

« L’objet de la conférence a été à faire mieux comprendre à l’industrie etau gouvernement la nouvelle approche des « indicateurs » de la salubrité desaliments à l’aide d’une gestion intégrée de la chaîne pour la salubrité desaliments, d’expliquer M. Doyle. Cette approche fait l’objet de discussionspartout dans le monde et les participants à la conférence ont eu l’occasiond’entendre des experts parler de son application à la salubrité des alimentsau Canada et au-delà de ses frontières. »

Le domaine de la mesure des indicateurs est assez nouveau. Cette mesure,qui est fondée sur la gestion des risques, aide à quantifier les dangersrepérés par le système HACCP de salubrité des aliments. La conférence a aidél’industrie laitière à mieux comprendre les progrès de la science etl’orientation que prennent la technologie et la réglementation de la salubritédes aliments. Avec cette information, la chaîne alimentaire canadienne pourramieux réagir aux questions de salubrité des aliments en temps de crise et,surtout, élaborer des programmes, procédures et règlements.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association des transformateurs laitiers du Canada
http://www.dpac-atlc.ca

Fédération internationale de laiterie (FIL)
http://www.fil-idf.org/

Producteurs laitiers du Canada (PLC)
http://www.bureaulaitier.org/

Commentaires