Revenu agricole en 2007

Ottawa (Ontario), 26 mai 2007 – Malgré les reculs observés dans la plupart des provinces, le revenu net réalisé par les agriculteurs canadiens a rebondi en 2007, après avoir enregistré une chute marquée au cours des deux années précédentes. L’effet de l’augmentation des prix des céréales et des oléagineux a été plus que suffisant pour annuler les fortes augmentations des coûts d’exploitation et la diminution des recettes des producteurs de porcs et de bovins.

Le revenu net réalisé (la différence entre les recettes monétaires et les dépenses d’exploitation d’un agriculteur moins l’amortissement plus le revenu en nature) est passé de 771 millions de dollars en 2006 à 1,7 milliard de dollars en 2007.

Le niveau observé en 2007 était 2,0 % supérieur à la moyenne quinquennale précédente (de 2002 à 2006), qui comprenait la période de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et deux années au cours desquelles les prix des céréales étaient faibles.

À l’échelon provincial, seuls les agriculteurs du Québec et des provinces des Prairies ont enregistré des hausses. En Colombie-Britannique, en Ontario et dans les provinces de l’Atlantique, le revenu net réalisé a chuté pour atteindre des niveaux extrêmement bas. Cette diversité s’explique essentiellement par la vaste gamme de cultures et de bétail produits à l’échelle du Canada.

Le revenu net réalisé peut varier beaucoup d’une ferme à l’autre en raison de plusieurs facteurs comme les élevages ou les cultures choisis, les prix, les conditions climatiques et la taille de la ferme. Cette mesure ainsi que d’autres mesures agrégées du revenu agricole sont calculées à l’échelon provincial à l’aide des mêmes concepts utilisés pour mesurer les résultats de l’ensemble de l’économie canadienne. Il s’agit de mesures du revenu de l’exploitation agricole, et non pas du revenu du ménage agricole.

Le communiqué diffusé aujourd’hui sur le revenu agricole comprend désormais les données du compte de la valeur ajoutée agricole. La valeur ajoutée nette mesure la contribution de l’agriculture à l’économie canadienne, ce qui donne une meilleure image du secteur de l’agriculture.

Les données sur les résultats financiers des divers types et diverses tailles de fermes pour 2007 paraîtront plus tard en 2008.

L’augmentation des prix des céréales et des oléagineux fait grimper les recettes monétaires du marché
Les recettes monétaires du marché, les recettes de la vente du bétail et des cultures, ont augmenté de 12,3 % en 2007. Les recettes des cultures ont grimpé de 24,8 %, soit la plus forte hausse annuelle observée en 13 ans. Les recettes du bétail ont légèrement progressé de 2,2 % pour atteindre 18,2 milliards de dollars, l’augmentation des recettes tirées des produits laitiers et de la volaille ayant plus que compensé les diminutions des recettes des porcs et des veaux.

Les recettes monétaires du marché ont fléchi à l’Île-du-Prince-Édouard et au Nouveau-Brunswick, où les recettes des pommes de terre ont reculé en raison d’une chute des prix. Les agriculteurs des provinces des Prairies ont vu leurs recettes monétaires progresser d’au moins 10 %, surtout grâce à l’augmentation des prix des cultures.

Les prix des céréales et des oléagineux sont en progression depuis l’automne 2006, stimulés par une demande alimentaire croissante dans les grandes économies émergentes de l’Asie et par l’expansion du secteur des biocarburants. Depuis cette période, les problèmes de production liés aux conditions climatiques dans de nombreux grands pays producteurs du monde ont provoqué un resserrement des approvisionnements, ce qui a propulsé les prix à des niveaux qui n’avaient pas été observés depuis 2002.

Les recettes tirées des produits assujettis à la gestion de l’offre (les produits laitiers, la volaille et les oeufs) ont affiché un bond de 8,5 %, soit la plus forte augmentation en pourcentage enregistrée en plus de 20 ans. Cette situation s’explique par l’augmentation des prix, qui a aidé à couvrir la progression des coûts de production.

Les recettes des producteurs de bovins et de porcs ont subi les contrecoups de la combinaison d’une réduction des prix attribuable à l’appréciation du dollar canadien et de l’accroissement des coûts des aliments. Un plus grand nombre d’animaux ont été expédiés aux États-Unis pour y être engraissés à meilleur prix, ce qui a entraîné une diminution de l’abattage au Canada en 2007.

Pour obtenir plus de renseignements sur les recettes monétaires agricoles au premier trimestre de 2008, consultez le communiqué complémentaire qui paraît dans Le Quotidien d’aujourd’hui sous le titre «Recettes monétaires agricoles».

Les paiements de programme demeurent nettement inférieurs à la moyenne quinquennale précédente
Les paiements de programme se sont élevés à 4,1 milliards de dollars, soit 9,8 % de moins qu’en 2006 et 9,5 % de moins que la moyenne quinquennale précédente. Cela s’explique en partie par l’amélioration des prix dans le secteur des céréales et des oléagineux.

Malgré ce recul, les recettes monétaires agricoles totales, qui comprennent à la fois les recettes du marché et les paiements de programme, ont progressé de 9,6 % pour s’élever à 40,5 milliards de dollars en 2007.

Une explosion des prix des aliments pour animaux et des engrais provoque la plus rapide croissance des dépenses depuis 1981Les producteurs ont été aux prises avec un bond de 8,2 % des dépenses d’exploitation agricole en 2007, en raison de la flambée des prix des aliments pour animaux et des engrais. Ce taux de croissance, le plus fort depuis 1981, a propulsé les dépenses d’exploitation agricoles, lesquelles se sont chiffrées à 34,2 milliards de dollars. Cela correspond à une hausse de 14,0 % par rapport à la moyenne quinquennale précédente. Les coûts d’exploitation ont augmenté dans chaque province.

Parmi les autres facteurs qui ont contribué à cette forte hausse figurent l’accroissement des intérêts débiteurs, des coûts de main-d’oeuvre et des dépenses de carburant pour les machines, qui ont augmenté de 6,0 % par rapport à 2006, sous l’effet de l’accroissement des prix du diesel et de l’essence.

La flambée des prix des céréales et des oléagineux a touché durement les producteurs de bétail, les coûts des aliments pour animaux ayant grimpé de 21,8 %. Les hausses du prix des engrais, attribuables en partie à l’accroissement de la production d’éthanol aux États-Unis, ont propulsé les coûts des engrais de 21,9 %. Une telle augmentation annuelle n’avait pas été observée depuis la fin des années 1970.

Sans être considérables par rapport à celles affichées au cours des dernières années, les hausses des taux d’intérêt et de la dette se sont traduites par une augmentation de 10,6 % des intérêts débiteurs. Les coûts de main-d’oeuvre ont poursuivi leur progression pour atteindre 4,2 milliards de dollars en 2007. Cependant, les deux cinquièmes de ces salaires sont payés aux membres de la famille des exploitants agricoles et font donc partie du revenu global de la famille agricole.

Augmentation du revenu net total malgré la diminution des stocks agricoles
Le revenu net total est passé d’une valeur négative en 2006 à 369 millions de dollars en 2007, l’augmentation du revenu net comptant ayant plus qu’annulé l’effet négatif de la chute des stocks.

Le revenu net total ajuste le revenu net réalisé en fonction des variations de la valeur des stocks de cultures et de bétail appartenant aux agriculteurs. Il représente le rendement des capitaux, la main-d’oeuvre non rémunérée, la gestion et le risque.

La valeur des stocks a chuté de 1,3 milliard de dollars en 2007. Il s’agit de la deuxième diminution annuelle consécutive des stocks appartenant aux agriculteurs.

Trois facteurs ont contribué à ce recul. D’abord, les producteurs de cultures ont diminué leurs stocks pour répondre à la demande et profiter du raffermissement des prix. Puis, des baisses de rendement ont réduit la production de cultures dans les provinces des Prairies et, enfin, l’effectif du bétail a diminué, car un plus grand nombre d’animaux ont été expédiés aux États-Unis pour y être engraissés à meilleur prix.

Augmentation de la valeur ajoutée nette agricole pour l’économie
La valeur ajoutée nette agricole a augmenté de 12,3 % pour atteindre 9,2 milliards de dollars en 2007, tout en demeurant 5,6 % inférieure à la moyenne quinquennale précédente.

La valeur ajoutée nette mesure la contribution annuelle de l’agriculture à la production de biens et services dans l’économie canadienne. Elle est calculée en soustrayant de la valeur de la production du secteur agricole (y compris les paiements de programme) les coûts de production connexes (les dépenses au chapitre des intrants, les taxes d’affaires et l’amortissement).

Le revenu tiré des activités de production dans le secteur agricole est réparti entre les producteurs pour leurs contributions de terres, de main-d’oeuvre, de capitaux et de gestion et les autres intervenants sous forme de frais d’intérêt, de salaires versés à de la main d’oeuvre ne faisant pas partie de la famille et de paiements de loyer à des non-exploitants.

À l’échelle nationale, environ les trois quarts (6,9 milliards de dollars) de la valeur ajoutée nette ont été payés à d’autres intervenants, en hausse de 7,8 % par rapport à 2006. Les intervenants dans la production agricole ont reçu les 2,2 milliards de dollars qui restent, soit 29,2 % de plus qu’en 2006.

La valeur totale de la production agricole a crû de 5,4 % pour se chiffrer à 48,5 milliards de dollars. En plus des recettes monétaires agricoles totales, cette mesure de la production brute comprend les ventes à d’autres fermes, les recettes pour le travail à forfait, le loyer des terres agricoles, le revenu en nature et la valeur de la variation des stocks.

Revenu agricole net
 CanadaT.-N.-L.Î.-P.-É.N.-É.N.-B.QcOnt.Man.Sask.Alb.C.-B.
 millions de dollars
2006r           
+ Recettes monétaires totales, y compris les paiements36 910953764484526 2068 8963 6836 6447 8002 311
– Dépenses d’exploitation totales après remises31 650923454013915 2277 7103 2665 4186 7142 086
= Revenu net comptant5 26043046619781 1854171 2251 087225
+ Revenu en nature11911223834710167
– Frais d’amortissement4 60764154466011 1184039051 160274
= Revenu net réalisé771-2-10-51841510221331-56-42
+ Valeur de la variation des stocks-839127-223-90-136283-589-322-35
= Revenu net total-68-118-841325-34304-258-378-77
2007p           
+ Recettes monétaires totales, y compris les paiements40 4581053644494446 7519 2964 3137 6068 7302 399
– Dépenses d’exploitation totales après remises34 2371063584244155 7138 1153 5895 9867 2872 243
= Revenu net comptant6 221-1625291 0381 1817231 6201 443156
+ Revenu en nature1201122403689147
– Frais d’amortissement4 66674155466161 1243909321 176280
= Revenu net réalisé1 675-7-33-27-1546293341697281-117
+ Valeur de la variation des stocks-1 3060-211-1048-273-176-381-483-12
= Revenu net total369-7-54-26-25510-180166316-202-129
rrévisé
pprovisoire
Nota: Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Compte de la valeur ajoutée agricole
 CanadaT.-N.-L.Î.-P.-É.N.-É.N.-B.QcOnt.Man.Sask.Alb.C.-B.
 millions de dollars
2006r           
+ Valeur totale de la production146 0311134675195297 71010 8394 8066 93911 3962 712
– Dépenses au titre des intrants et taxes d’affaires32 555852933353105 1337 3273 2854 9859 0111 790
= Valeur ajoutée brute12 778281701802162 4093 4051 4481 7452 275902
– Amortissement4 60764154466011 1184039051 160274
= Valeur ajoutée nette8 171221291261701 8082 2871 0458401 116628
Répartition de la valeur de la production           
Loyers en espèces et à la part versés aux non-exploitants1 300012467933414534632450
Intérêts2 7095313534620623273379563146
Salaires non familiaux2 42913416462433884161138287346
Salaires familiaux (exploitants non constitués en société)65121010111091616010013353
Salaires familiaux (sociétés)97531420162312927279143107
Bénéfices des sociétés152-113-43818217203-89-176-31
Revenus des exploitants non constitués en société-45-18-34153-24131-113-159-43
2007p           
+ Valeur totale de la production148 5151234185244928 40610 7254 9928 03311 9752 826
– Dépenses au titre des intrants et taxes d’affaires33 978983123523305 5177 2423 5625 3849 2751 906
= Valeur ajoutée brute13 843251031671582 7143 3721 3562 4612 586900
– Amortissement4 66674155466161 1243909321 176280
= Valeur ajoutée nette9 17718621131122 0972 2499661 5291 410620
Répartition de la valeur de la production           
Loyers en espèces et à la part versés aux non-exploitants1 445012468234615641537053
Intérêts2 9986333938699691309406608169
Salaires non familiaux2 49714426565446901167141298358
Salaires familiaux (exploitants non constitués en société)67021111111121656210313955
Salaires familiaux (sociétés)1 00331420162382987480148110
Bénéfices des sociétés374-5-30-17-14295-77144217-64-76
Revenus des exploitants non constitués en société190-3-21-9-11225-7554167-88-51
rrévisé
pprovisoire
1.La valeur totale de la production comprend les ventes de produits agricoles (vers d’autres secteurs et d’autres fermes), les ventes de production secondaire et les autres sources de revenu (recettes du travail à forfait, paiements de programme, remises gouvernementales et location de terres agricoles), et les utilisations de la production à propre compte (revenu en nature et valeur de la variation des stocks).
Nota: Les chiffres ayant été arrondis, la somme peut ne pas correspondre aux totaux indiqués.

Note aux lecteurs
Le communiqué sur le revenu agricole comprend désormais des données du compte de la valeur ajoutée agricole, ce qui donne une meilleure image du secteur de l’agriculture.

La valeur ajoutée nette mesure la contribution de l’agriculture à la production de biens et services dans l’économie canadienne au cours d’une année particulière. Elle est calculée en soustrayant de la valeur totale de la production du secteur agricole (y compris les paiements de programme) les coûts de production connexes (les dépenses au chapitre des intrants, les taxes d’affaires et l’amortissement). La valeur ajoutée nette est répartie entre les divers facteurs de production, dont le loyer payé aux propriétaires fonciers non exploitants, l’intérêt versé aux prêteurs, les salaires et les profits.

Le revenu net comptant mesure les mouvements de l’encaisse d’une exploitation agricole (les recettes monétaires agricoles moins les dépenses d’exploitation) découlant de la production de produits agricoles. Le revenu net comptant représente le montant disponible pour le remboursement des dettes, l’investissement ou les retraits par le propriétaire.

Le revenu net réalisé mesure les flux financiers, en espèces ou non, de l’entreprise agricole, comparable à un état des résultats (le revenu net comptant moins l’amortissement plus le revenu en nature). Le revenu net réalisé représente le revenu net tiré de transactions dans une année donnée et englobe la vente de produits, indépendamment de l’année dans laquelle ils ont été produits.

Le revenu net total mesure les flux financiers et la variation des stocks des exploitations agricoles (le revenu net comptant moins l’amortissement plus le revenu en nature et la valeur de la variation des stocks). Le revenu net total attribue une valeur à la production économique agricole au cours de l’année où les produits agricoles ont été produits. Il représente le rendement des capitaux, la main-d’oeuvre non rémunérée, la gestion et le risque.

En raison de la diffusion des données du Recensement de l’agriculture de 2006 le 16 mai 2007, les estimations des recettes monétaires agricoles, des dépenses d’exploitation, du revenu net, de la valeur du capital et des autres données contenues dans la collection Statistiques économiques agricoles seront modifiées au besoin. L’ensemble complet des révisions doit paraître dans Le Quotidien du 24 novembre 2008.

D’autres tableaux de données sur le revenu agricole net et la valeur ajoutée agricole sont également accessibles à partir du module Tableaux sommaires du site Web de Statistiques Canada.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/

Commentaires