Revenu agricole en 2008

Ottawa (Ontario), 25 mai 2009 – Le revenu agricole net réalisé, soit l’écart entre les recettes monétaires et les dépenses d’exploitation agricoles moins la dépréciation plus le revenu en nature, s’élevait à 3,3 milliards de dollars en 2008, en hausse de 1,3 milliard de dollars (+63,2 %) par rapport à 2007. Il s’agit de la deuxième augmentation annuelle consécutive après les baisses observées en 2005 et en 2006.

Le revenu agricole net réalisé a diminué à Terre-Neuve-et-Labrador, à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et au Manitoba, où des hausses importantes des coûts d’exploitation ont dépassé les hausses des recettes. Les autres provinces ont affiché des hausses se situant au-dessus des niveaux inscrits en 2007.

Les cultivateurs ont continué à profiter de prix plus élevés des céréales et des oléagineux au cours de la première partie de 2008, ce qui a plus que compensé les hausses importantes des coûts d’exploitation.

Entre-temps, de nombreux éleveurs ont subi les effets défavorables de la hausse des coûts des aliments pour animaux et de la baisse des prix découlant de la vigueur du dollar canadien par rapport à la devise américaine dans la première partie de l’année, de même que du climat d’incertitude causé par l’Étiquetage obligatoire du pays d’origine aux États-Unis.

Recettes monétaires agricoles
Les recettes du marché (les recettes provenant de la vente de cultures et de bétail) ont grimpé de 14,1 % pour atteindre 41,8 milliards de dollars en 2008. Les recettes des cultures ont connu une progression de 25,2 %, surtout en raison des prix plus élevés, alors que les recettes du bétail ont augmenté de 2,9 %.

Les prix des céréales et des oléagineux ont commencé à grimper à l’automne 2006 pour atteindre un sommet au milieu de 2008, en raison d’une forte demande mondiale et d’un resserrement de l’offre. Depuis, la hausse des stocks, conjuguée aux répercussions qu’ont eues la crise financière et le ralentissement économique sur la demande mondiale de produits de base, a provoqué une chute des prix.

Le revenu net réalisé peut varier énormément d’une exploitation agricole à l’autre en raison de plusieurs facteurs, y compris le type de marchandises, les prix, les conditions climatiques et les économies d’échelle. Ces facteurs ainsi que d’autres mesures agrégées du revenu agricole sont calculés à l’échelon provincial à l’aide des mêmes concepts utilisés pour mesurer les résultats de l’ensemble de l’économie canadienne. Il s’agit de mesures du revenu de l’exploitation agricole, et non pas du revenu du ménage agricole.

Les données financières de 2008 recueillies auprès d’entreprises agricoles individuelles, qui proviennent de certaines enquêtes et d’autres sources administratives, seront offertes plus tard en 2009. Ces données fourniront des explications sur les écarts affichés dans le rendement de divers types et diverses tailles de fermes.

Pour en savoir davantage sur les recettes monétaires agricoles du premier trimestre de 2009, consultez le communiqué «Recettes monétaires agricoles» d’aujourd’hui.

Dans le secteur du bétail, les revenus provenant de la vente de porcs ont diminué de 2,9 %, ce qui constitue une quatrième baisse annuelle consécutive. Les prix et le nombre de têtes vendues ont tous deux connu une baisse en 2008. Les recettes du marché pour les bovins et les veaux ont grimpé de 2,4 % en 2008, grâce à un accroissement des exportations de bovins vers les États-Unis. Les exportations ont connu une hausse de 13,6 % par rapport à 2007.

Les produits assujettis à la gestion de l’offre (les produits laitiers, la volaille et les oeufs) ont affiché une augmentation de 5,7 % des recettes, l’accroissement des coûts de production ayant poussé les prix à la hausse.

Les recettes monétaires agricoles totales, qui comprennent les recettes du marché et les paiements de programme, ont augmenté dans toutes les provinces en 2008. Les hausses les plus prononcées ont été enregistrées en Saskatchewan (+22,0 %) et en Alberta (+15,5 %).

Dépenses agricoles
Les producteurs ont vu leurs coûts d’exploitation grimper de 11,1 % pour atteindre 37,5 milliards de dollars en 2008, les prix des engrais et du carburant ayant monté en flèche. Il s’agit du taux annuel de croissance des dépenses le plus élevé depuis 1981.

Plus de la moitié de l’augmentation est attribuable à la hausse des dépenses au chapitre des engrais et du carburant pour la machinerie agricole. La montée du prix des céréales a entraîné une hausse des coûts des aliments dans le secteur du bétail, car les dépenses liées aux aliments pour animaux ont grimpé de 15,1 %.

Toutes les provinces ont affiché une hausse des dépenses en 2008. Les augmentations les plus prononcées se sont produites dans les provinces des Prairies.

Revenu net total
Le revenu net total a atteint 6,1 milliards de dollars en 2008, ayant affiché une hausse de 5,1 milliards de dollars par rapport à 2007, et cela, en dépit d’un recul dans six provinces. Le revenu net a augmenté en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta.

Le revenu net total rajuste le revenu net réalisé en fonction de la variation des stocks des cultivateurs et des éleveurs. Il représente le rendement des capitaux propres, la main-d’oeuvre non rémunérée, la gestion et le risque.

Une augmentation des stocks de cultures des cultivateurs a été le principal facteur à l’origine de la hausse du revenu net total, les stocks de bovins et de porcs ayant décliné.

La variation de la valeur des stocks atteignait 2,8 milliards de dollars en 2008, alors que des rendements record de nombreuses cultures ont stimulé la production en Ontario et dans les provinces des Prairies. Les stocks de fin d’année de canola, de pois secs et d’avoine ont atteint des sommets inégalés en 2008, alors que les stocks des principales autres céréales et graines oléagineuses ont également augmenté.

Valeur nette ajoutée
La valeur nette ajoutée du secteur agricole a augmenté de 5,4 milliards de dollars pour se fixer à 14,9 milliards de dollars en 2008. Les principaux facteurs ayant contribué à cette hausse étaient les prix plus élevés des céréales et des oléagineux ainsi qu’une forte production agricole végétale.

La valeur nette ajoutée mesure la contribution annuelle de l’agriculture à la production de biens et de services dans l’économie canadienne. Elle est calculée en soustrayant de la valeur totale de la production du secteur agricole (y compris les paiements de programme) les coûts de production connexes (les dépenses au chapitre des intrants, les taxes d’affaires et la dépréciation).

Tableaux :

Revenu agricole net
  Canada T.-N.-L. Î.-P.-É. N.-É. N.-B. Qc Ont. Man. Sask. Alb. C.-B.
  millions de dollars
2007r                      
+ Recettes monétaires agricoles totales, y compris les paiements 40 736 106 386 458 449 6 905 9 290 4 327 7 730 8 668 2 417
– Dépenses d’exploitation totales après remises 33 744 96 338 400 388 5 543 8 062 3 535 5 859 7 318 2 207
= Revenu net comptant 6 993 11 48 58 62 1 362 1 228 793 1 871 1 350 210
+ Revenu en nature 41 0 1 1 1 11 9 3 4 8 3
– Frais d’amortissement 5 021 8 40 55 54 665 1 155 461 1 018 1 250 314
= Revenu net réalisé 2 012 3 9 4 8 707 81 335 858 109 -102
+ Valeur de la variation des stocks -1 010 0 -26 1 -13 83 -301 -85 -355 -303 -11
= Revenu net total 1 002 3 -17 5 -5 790 -220 250 503 -194 -113
2008p                      
+ Recettes monétaires agricoles totales, y compris les paiements 45 946 115 390 474 481 7 498 10 230 4 704 9 433 10 009 2 612
– Dépenses d’exploitation totales après remises 37 494 107 369 418 414 5 973 8 778 3 979 6 822 8 257 2 378
= Revenu net comptant 8 452 9 22 57 67 1 525 1 451 725 2 611 1 752 234
+ Revenu en nature 40 0 1 1 1 11 9 3 4 8 3
– Frais d’amortissement 5 209 8 41 57 53 690 1 189 496 1 041 1 309 326
= Revenu net réalisé 3 283 1 -19 1 15 846 271 232 1 574 452 -88
+ Valeur de la variation des stocks 2 850 -1 -25 -2 -25 -158 -9 493 1 876 747 -46
= Revenu net total 6 133 0 -45 -2 -9 687 262 724 3 450 1 199 -134

Compte de la valeur ajoutée agricole
  Canada T.-N.-L. Î.-P.-É. N.-É. N.-B. Qc Ont. Man. Sask. Alb. C.-B.
  millions de dollars
2007r                      
+ Valeur totale de la production1 50,126 122 425 540 497 8 688 11 295 5 061 8 410 12 231 2 856
– Dépenses au chapitre des intrants et taxes d’affaires 35 582 86 295 349 323 5 734 7 960 3 571 5 753 9 606 1 905
= Valeur ajoutée brute 14 544 36 131 191 174 2 955 3 335 1 490 2 657 2 625 951
– Amortissement 5 021 8 40 55 54 665 1 155 461 1 018 1 250 314
= Valeur ajoutée nette 9 523 28 90 136 120 2 289 2 179 1 029 1 639 1 376 637
Répartition de la valeur ajoutée nette                      
Loyers en espèces et à la part versés aux non-exploitants 1 309 0 12 3 5 77 314 157 343 344 54
Intérêts 2 954 6 33 36 32 628 696 303 404 627 188
Salaires non familiaux 2 448 13 38 62 61 435 891 165 149 290 345
Salaires familiaux (exploitants non constitués en société) 562 2 7 8 8 102 135 51 92 115 42
Salaires familiaux (sociétés) 1 090 3 15 21 19 240 327 83 101 164 117
Bénéfices des sociétés 626 3 -10 5 -3 489 -141 168 277 -90 -73
Revenus des exploitants non constitués en société 533 1 -4 1 -2 318 -43 103 273 -75 -38
2008p                      
+ Valeur totale de la production1 59 739 130 446 550 517 9 434 12 559 6 043 12 350 14 670 3 041
– Dépenses au chapitre des intrants et taxes d’affaires 39 584 96 343 361 348 6 548 8 662 4 033 6 607 10 497 2 089
= Valeur ajoutée brute 20 155 34 103 189 169 2 886 3 897 2 010 5 743 4 173 952
– Amortissement 5 209 8 41 57 53 690 1 189 496 1 041 1 309 326
= Valeur ajoutée nette 14 946 26 62 132 117 2 196 2 708 1 513 4 702 2 864 626
Répartition de la valeur ajoutée nette                      
Loyers en espèces et à la part versés aux non-exploitants 1 547 0 12 3 5 80 345 176 452 415 57
Intérêts 2 838 6 31 36 31 603 667 282 382 615 185
Salaires non familiaux 2 535 14 39 63 62 452 921 170 155 306 352
Salaires familiaux (exploitants non constitués en société) 582 2 7 9 8 106 138 53 95 121 43
Salaires familiaux (sociétés) 1 126 4 16 21 19 249 334 85 105 173 119
Bénéfices des sociétés 3 579 0 -28 0 -5 436 203 475 1 824 764 -91
Revenus des exploitants non constitués en société 2 740 0 -14 -1 -4 269 99 272 1 688 471 -40

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Statistiques Canada
http://www.statcan.ca/francais/search/index_f.htm

Commentaires