Sirop d’érable : une excellente participation aux assemblées régionales

Longueuil (Québec), 28 octobre 2004 – C’est à St-Antoine-Abbédans la région de Saint-Jean-Valleyfield, que se clôturaient les assembléesrégionales d’information et de consultation amorcées le 10 septembre dernierdans les 11 syndicats acéricoles du Québec. « Plus de 2 200 acériculteurs ont assisté aux rencontres, ce qui démontre la vitalité de notre processus démocratique agricole », de déclarer le président de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec (FPAQ), M. Pierre Lemieux, au terme des réunions régionales.

M. Lemieux a poursuivi en indiquant que les discussions, souvent francheset directes, se sont déroulées dans un climat serein. « Nous sommesvéritablement satisfaits de l’issue des rencontres puisque plusieursrésolutions pour améliorer notre système de commercialisation ont étéproposées. La proximité de nos membres permet de développer nos outilscollectifs dans le sens de leurs besoins », de préciser le président de laFPAQ.

Les résolutions portent principalement sur l’amélioration du calcul descontingents acéricoles pour 2005, sur l’émission de nouveaux contingents pourle futur et leur utilisation pour combler le marché du détail. D’autresrésolutions touchent aussi la qualité du sirop exporté, les formules depaiement et les avances financières ainsi que la mise en place d’un programmede sécurité du revenu adapté aux entreprises acéricoles. « Les résolutionsmises sur la table seront débattues le 4 novembre prochain lors de notreassemblée générale annuelle qui se tiendra à Granby. Nous nous attendons,encore là, à une bonne participation des acéricultrices et des acériculteursdu Québec. C’est dans le cadre d’une bonne participation que nous prendronsles meilleures décisions pour notre avenir », d’énoncer M. Pierre Lemieux.

Rappelons qu’en 2000, la Fédération des producteurs acéricoles du Québec(FPAQ), soutenue par la grande majorité des acériculteurs du Québec, a prisles moyens pour régler la crise générée par les surplus de production etgarantir aux producteurs de sirop d’érable un revenu décent pour leur travail.C’est ainsi que trois outils collectifs de mise en marché ont tour à tour étéimplantés, soit un programme de gestion des inventaires, une agence de venteet un système de contingentement. En parallèle, un budget annuel de1,5 million de dollars a été injecté par les acériculteurs eux-mêmes pourdévelopper les marchés québécois et internationaux.

Le Québec est le plus grand producteur de sirop d’érable au monde avec7 250 entreprises dont 2 000 d’entre elles en tirent leur revenu principal. Decette production, un chiffre d’affaires de 150 millions de dollars est généréannuellement à la ferme.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Fédération des producteurs acéricoles du Québec
http://www.siropderable.ca

Commentaires