Site de la dernière chance pour les paysans célibataires allemands

Berlin (Allemagne), 2 octobre 2002 – Faute de boîte de nuit, bureau ou cinéma, les paysans célibataires allemands ont recours à un site internet de rencontre sur mesure, landflirt.de (flirt rural), pour attirer un peu de compagnie féminine dans les campagnes désertées par le sexe opposé.

Moyennant des tarifs dégressifs à partir de 10 euros pour quatre semaines, les célibataires ruraux peuvent mettre leurs annonces en ligne après avoir rempli une fiche d’identification succinte. Age, nom ou surnom, code postal, loisirs et description de la partenaire recherchée suffisent pour postuler.

Michi, 32 ans, pense pouvoir convaincre une « belle enfant des villes avec un penchant pour la campagne » de le rejoindre, grâce à son mètre 80, son corps « bien bâti, sans ventre à bière ni barbe », ses cheveux blonds foncés, ses yeux bleus et… son « permis de conduire ». Il se dit également tout à fait capable d’apprécier « un tour en ville pour sortir ou faire les boutiques », précisant qu’il sait « bien s’y tenir ».

Plus réaliste, Hannes, 30 ans, veut une femme « aimant la vie à la campagne » et capable de « s’identifier à l’agriculture ». Heiner, 31 ans, en cherche une qui « se permet de temps en temps une bonne blague » et accepte les siennes. Il avoue en outre aimer « être assis devant l’ordinateur et regarder le foot ».

Signe du déséquilibre entre l’offre et la demande chez les hommes et les femmes de la campagne, sur 229 annonces féminines, la plupart proviennent de citadines qui cherchent le bonheur au vert.

Comme Carmen, 33 ans, « une belle plante des villes dont le rêve a toujours été de vivre à la campagne », qui se décrit comme « grande blonde mince et jolie » et imagine son partenaire idéal en « paysan bio sympa ».

Depuis le lancement de landflirt.de, plus de 125.000 visiteurs ont été enregistrés et 2.500 ont eu recours à cet outil de rencontre pour sortir de leur isolement. Actuellement, seuls 591 hommes et 229 femmes figurent sur le site, mais la sélection est rude. Les annonces douteuses n’y ont pas leur place.

Lancé par la société agro-alimentaire Raiffeisen et la fédération des jeunes ruraux en avril 2000, ce site tombe à point nommé alors que l’exode rural force un paysan sur trois à vivre dans un célibat forcé, selon une étude de l’institut de sciences sociales de Goettingen (sud).

Une situation qui pèse sur l’avenir des entreprises agricoles familiales allemandes, faute de descendance. Plus de 10.000 d’entre elles doivent mettre la clé sous la porte chaque année.

En deux ans d’activité en ligne, les résultats sont positifs: plusieurs mariages ont déjà été célébrés et 50 personnes ont fait retirer leurs annonces après avoir fait une rencontre concluante. Et le site a d’ores et déjà atteint son objectif premier de donner un coup de pouce à l’essor de la population rurale: le dernier en date des nouveaux-nés Landflirt a vu le jour au mois de février.

Au Québec, le site La Clé des Champs permet également aux gens du milieu rural de faire des rencontres.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

La Clé des Champs

http://www.lacledeschamps.ca

Commentaires