Bond de 33% des superficies de soya au pays

L’année 2017 sera définitivement une année de soya au Canada, si on en croit les dernières prévisions de Statistique Canada. L’organisme fédéral a en effet indiqué une hausse vertigineuse de 33,2% des superficies consacrées au soya cette année, par rapport à 2016. Les quatre principales provinces productrices  (Québec, Ontario, Manitoba et Saskatchewan) ont à l’unisson augmenté les terres consacrées à la fève à des niveaux jamais vu.

L’autre surprise de cette dernière évaluation est la popularité du canola. Tout comme le soya, les producteurs canadiens ont déclaré avoir ensemencé des superficies inégalées en canola, dépassant même celles ensemencées en blé. Les autres cultures en hausse regroupent le maïs-grain et l’avoine tandis que le blé, les lentilles et l’orge diminuent comparativement à 2016. Statistique Canada note que les inondations en Ontario et le Québec ont pu influencer les superficies déclarées.

La superficie totale en soya a atteint un sommet à 7,3 millions d’acres en 2017, en hausse de 33,2 % sur 2016. Au Québec, l’augmentation est de 22,5% à 983 500 acres, soit plus que les terres semées en maïs-grain, une première pour la province. La hausse en Ontario est de 13% (3,1 millions d’acres), de 40% au Manitoba (2,3 millions d’acres) et de 254% en Saskatchewan (850 000 acres).

Les superficies de maïs-grain ont augmenté de 7,5% par rapport à 2016 pour se situer à 3,6 millions d’acres en 2017, en hausse de 7,5 % par rapport à 2016. Au Québec, la superficie a augmenté de 5,6% à à 939 000 acres. En Ontario, la superficie est de 2,1 millions, en progression de 4,7 %. Les terres semées en maïs-grain ont atteint un niveau historique au Manitoba, soit 410 000 acres (+19 %).

Le blé recule dans l’ensemble de 3,7 % à 22,4 millions d’acres en 2017. Le blé de printemps est en hausse au détriment du blé dur. Les provinces de l’Ouest diminuent leurs superficies cette année sauf en Alberta. La culture du blé augmente au Québec, autant pour le blé de printemps que le blé d’hiver. Il semble donc que la céréale n’ait pas trop été affectée par le printemps froid et pluvieux. Il faut noter par contre que l’avoine est en forte baisse cette année et que l’orge affiche une hausse modeste par rapport à 2016. À l’échelle du pays, la tendance est plutôt inverse avec une hausse de la culture d’avoine et une baisse de celle de l’orge.

Le canola enfin occupe une superficie sans précédent de 22,8 millions d’acres en canola en 2017, en hausse de 12,1 %. L’Alberta et la Saskatchewan sont responsables de la tendance.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires