Table ronde internationale sur l’agriculture

Ottawa (Ontario), 2 décembre 2002 – L’honorable Susan Whelan, ministre de la Coopération internationale, était l’hôte, à Ottawa, d’une table ronde internationale dont le but était de discuter d’un sujet qui prend de plus en plus d’importance dans le dossier du développement international : l’agriculture. Des représentants de pays en développement ainsi que d’autres intervenants internationaux ont participé aux discussions de cette table ronde sur le rôle de l’agriculture dans le développement rural, l’incidence des subventions injustes et des pratiques commerciales déloyales sur les agriculteurs pauvres, et la nécessité de créer des occasions de renforcer la collaboration et les partenariats.

« Il existe des raisons impérieuses pour lesquelles la communauté internationale doit accorder plus d’importance à l’agriculture, a déclaré la ministre Whelan. On sait que 75 % des personnes qui vivent dans la pauvreté absolue se trouvent dans des régions rurales, et leurs moyens de subsistance, dans la plupart des cas, dépendent de l’agriculture. Par ailleurs, les femmes jouent un rôle clé en agriculture. Pourtant, en Afrique et partout dans le monde, elles souffrent de contraintes particulières sur les plans de l’accès aux biens, aux services, à l’information et aux postes de décision. L’agriculture a aussi des répercussions considérables sur l’environnement et est étroitement liée aux dossiers de l’eau, de la santé, de l’alimentation et de l’éducation. »

Les participants à cette table ronde venaient d’Afrique, d’Asie, des Amériques et d’Europe. Il s’agissait de hauts représentants de gouvernements de pays en développement ainsi que de représentants d’autres pays donateurs, d’importantes organisations internationales et d’organismes de recherche agricole d’Afrique et d’Asie. Jacques Diouf, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, ainsi que des représentants du Programme alimentaire mondial et de la Banque mondiale ont participé à la table ronde. Pat O’Brien, secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international, y a représenté le ministre Pettigrew. Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Lyle Vanclief, a également pris part aux discussions.

« Accroître la collaboration économique selon des règles du jeu justes et équitables est dans le meilleur intérêt des citoyens partout dans le monde, a déclaré M. Vanclief. Les pays en développement vont récolter les avantages du commerce si les pays abolissent leurs barrières aux exportations agricoles. »

« Il existe une relation symbiotique entre, d’une part, le commerce international de produits agricoles et, d’autre part, la réforme et le développement de l’agriculture, a fait remarquer M. O’Brien. Les réformes agricoles et la réduction des subventions sont essentielles pour faire avancer le programme de Doha pour le développement. Il est clair que le statu quo n’est pas une option viable à long terme. »

Les participants à la table ronde ont discuté du rôle de l’agriculture dans l’atteinte des Objectifs de développement du millénaire et de son importance pour accroître la sécurité alimentaire, réduire la pauvreté et protéger l’environnement. Ils ont également abordé les moyens par lesquels les membres de la communauté internationale peuvent collaborer ensemble pour accroître la coordination entre les bailleurs de fonds à l’échelle nationale et internationale et pour résoudre les problèmes de pauvreté et d’insécurité alimentaire de façon durable.

« En participant à cette table ronde, les membres de la communauté internationale ont témoigné de leur détermination à réinvestir dans l’agriculture afin d’aider les plus démunis du monde à se sortir de la pauvreté, a ajouté la ministre Whelan. À cause de l’envergure des défis en agriculture, aucun donateur ne peut, à lui seul, revitaliser ce secteur. Nous devons donc mobiliser toute la communauté internationale et travailler ensemble. »

En octobre, l’Agence canadienne de développement international (ACDI) a préparé un document de travail intitulé Le développement rural durable : le rôle de l’agriculture dans le cadre du programme canadien d’aide internationale. Ce document constitue un premier pas vers le renouveau et la revitalisation de la programmation de l’ACDI dans le domaine de l’agriculture. La ministre Whelan a récemment mené des tables rondes partout au pays pour recueillir les commentaires d’intervenants canadiens à ce sujet. L’ACDI poursuivra ses consultations auprès d’intervenants canadiens et internationaux, y compris nos partenaires des pays en développement, jusqu’au 15 décembre 2002. Pour de plus amples renseignements, prière de consulter le site Web de l’ACDI (www.acdi-cida.gc.ca).

Commentaires