Tarif sur le blé : victoire absolue aux termes de l’ALÉNA

Winnipeg (Manitoba), 12 décembre 2005 – Le blé de printemps canadien pourra à nouveau être écoulé librement aux États-Unis, un comité constitué aux termes de l’ALÉNA ayant rendu sa décision finale au sujet d’un appel interjeté par la CCB il y a deux ans.

Le dernier obstacle est maintenant levé en vue du retrait d’un droit douanier qui avait pratiquement fermé la frontière depuis 2003 à la vente aux États-Unis de la plus importante culture canadienne. Dans sa décision, le comité a rejeté la plainte portée par la North Dakota Wheat Commission, qui était à l’origine du différend commercial.

« Il s’agit d’une très grande victoire qui redresse enfin une injustice commerciale faite aux producteurs de blé des Prairies, a déclaré Ward Weisensel, chef de l’exploitation à la CCB. Le tarif n’était jamais fondé, comme l’a confirmé cette décision ».

« Nous sommes heureux de pouvoir vendre à nouveau le blé de qualité supérieure produit par les agriculteurs des Prairies à nos fidèles clients américains ».

Le blé de force roux de printemps pourra transiter librement aux États-Unis sans droit tarifaire dès que le secrétariat de l’ALÉNA publiera l’avis de décision finale du comité. Ce processus devrait être achevé dans les prochaines semaines.

En octobre 2005, la Commission du commerce international des É.-U. a dû réexaminer et renverser une décision qui remontait à 2003, conformément à une directive émise à son endroit par un comité constitué aux termes de l’ALÉNA. Ce dernier a statué que les importations de blé du Canada ne causaient pas de préjudice aux producteurs de blé américains et ne faisaient pas baisser les prix du blé aux É.-U.

Le droit tarifaire avait été fixé à 14,2 %, puis il avait été abaissé à 11,2 % suite à une décision rendue par le comité de l’ALÉNA en juin 2005, dans le cadre d’un autre appel interjeté par la CCB.

Au cours de la campagne qui précédait l’imposition du tarif douanier, la CCB avait vendu près d’un million de tonnes de blé de force roux de printemps aux É.-U., pour une valeur de quelque 250 M$.

Contrôlée par les agriculteurs de l’Ouest canadien, la CCB est la plus importante agence de commercialisation de blé et d’orge dans le monde. L’un des principaux exportateurs du Canada, la CCB dont le siège est situé à Winnipeg, vend du grain dans plus de 70 pays et distribue l’intégralité du produit des ventes, moins les frais d’exploitation, aux agriculteurs des Prairies.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/

Commentaires