Tarification « bi-énergie » : sursis pour les producteurs en serre

Longueuil (Québec), 10 janvier 2003 – Les producteurs en serre du Québec
qui utilisent le tarif bi-énergie (BT) peuvent souffler un peu, mais pour
combien de temps? Dans une décision passée sous silence tout juste à la veille de Noel, Hydro-Québec s’est fait rabrouer par la Régie de l’énergie qui lui a refusé, pour une deuxième fois consécutive, toute forme de modification au tarif BT. Mais les producteurs en serre ne crient pas victoire trop fort, car

Hydro-Québec semble déterminée à arriver à ses fins.

« C’est la deuxième fois en moins d’un an qu’Hydro-Québec nous oblige à
investir des ressources importantes pour assister aux audiences de la Régie de
l’énergie afin de préserver l’intégrité de notre tarif bi-énergie. A chaque
fois, la Régie a renvoyé Hydro-Québec faire ses devoirs, car jamais cette
dernière ne nous a consultés pour trouver conjointement un mode
d’approvisionnement et un tarif adéquat pour remplacer le BT ». C’est dans ces
termes qu’André Mousseau, président du Syndicat des producteurs en serre du
Québec (SPSQ), a dénoncé l’attitude d’Hydro-Québec dans le dossier de la
tarification bi-énergie.

Dans une première tentative au printemps 2002, Hydro-Québec s’était vu

refuser par la Régie la permission d’abolir le tarif BT car elle n’avait pu,
entre autres, en préciser le coût de production réel, n’avait en outre jamais
avisé sa clientèle qu’elle assumerait une hausse de tarif aussi subite et pas
davantage mesuré les impacts économiques importants sur les utilisateurs du
tarif BT, dont un bon nombre de producteurs en serre.

La seconde tentative de la société d’Etat, cette fois basée sur une
entente qu’Hydro-Québec Distribution souhaitait conclure avec Hydro-Québec
Production en vue de fournir de l’électricité aux utilisateurs du tarif BT au
prix du marché, s’est également soldée par un échec. La voie proposée par
Hydro-Québec aurait eu pour conséquence probable d’en doubler le coût de
fourniture, se traduisant éventuellement par une augmentation des tarifs de

plus de un million de dollars par année pour les producteurs en serre et la
perte de centaines d’emplois. Par chance, la Régie a conclu qu’Hydro devait
maintenir le statu quo concernant l’approvisionnement du tarif BT.

« Heureusement que la Régie a vu clair dans le jeu d’Hydro-Québec, car
notre secteur aurait été fortement éprouvé, affirme André Mousseau. La partie
n’est toutefois pas finie, car l’attitude d’Hydro démontre clairement qu’elle
tient absolument à abolir ce tarif. Nous devrons demeurer aux aguets et tenter
de trouver des solutions avec Hydro-Québec », conclut-il.

L’industrie serricole regroupe plus de 700 entreprises productrices et
emploie plus de 6 000 personnes.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Hydro-Québec

http://www.hydro.qc.ca/

Régie de l’énergie

http://www.regie-energie.qc.ca/

Syndicat des producteurs en serre du Québec (SPSQ)

http://www.fihoq.qc.ca/html/spsq.html

Commentaires