Tony Blair revient à la charge sur le dossier de la vache folle

Barcelone (Espagne), 15 mars 2002 – Tony Blair est revenu à la charge sur le dossier de la vache folle en exhortant dès l’ouverture du Conseil européen de Barcelone ses partenaires à faire pression sur la France pour obtenir une levée de l’embargo sur le boeuf britannique.

Le Premier ministre britannique a pris son petit-déjeuner avec le président de la Commission européenne Romano Prodi pour lui demander de faire appliquer l’arrêt de la cour de justice de Luxembourg sur la réouverture du marché français aux importations de viande bovine britannique.

Tony Blair s’est également entretenu directement du contentieux franco-britannique avec Jacques Chirac, a-t-on affirmé de source britannique.

Mais selon la porte-parole de l’Elysée Catherine Colonna, cet aparté entre le président français et le Premier ministre britannique a porté « exclusivement » sur la Macédoine et la question de la relève par l’Union européenne des forces de l’OTAN. « n’en a pas parlé au président de la République, il n’en a pas parlé au Premier ministre et il n’en a pas parlé en séance », a souligné Mme Colonna.

Selon des sources diplomatiques britanniques, Romano Prodi a assuré à Tony Blair que la Commission ferait tout son possible pour contraindre la France à respecter l’arrêt rendu le 13 décembre dernier par la cour européenne de justice. La Commission pourrait aller jusqu’à saisir à nouveau la cour de Luxembourg pour demander des pénalités financières contre la France.

Le ministre français de l’Agriculture François Patriat a fait savoir mardi que la France ne lèverait pas son embargo sur le boeuf britannique d’ici à trois mois au nom du principe de précaution.

La Commission européenne a imposé un embargo total sur les exportations de viande bovine britannique en 1996, en pleine crise de la vache folle. La Grande-Bretagne a été autorisée en 1999 à reprendre partiellement ses exportations.

Source : AP

Commentaires