Un budget en deça des attentes, pour l’UPA

Longueuil (Québec), 23 mars 2006 – Malgré quelques nouvelles mesures en agriculture et dans le domaine forestier, le ministre des Finances du Québec nous a livré un budget plutôt décevant considérant la situation difficile que traversent les producteurs agricoles et forestiers. En effet, le budget de dépenses du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ) connaît une hausse de 2,5 %, une augmentation inférieure aux dépenses budgétaires totales du gouvernement du Québec qui ont grimpé, elles, de 4,1 %.

Telle est la réaction de l’Union des producteurs agricoles (UPA) au budget déposé cet après midi par le ministre des Finances du Québec, M. Michel Audet.

Ainsi, le budget de dépenses du MAPAQ passe de 656 millions de dollars l’an dernier à 673 millions cette année. Des 16 millions additionnels dont bénéficiera le MAPAQ pour le prochain exercice, 8 millions de dollars iront directement aux municipalités pour le programme de remboursement des taxes municipales, autant d’argent dont les agriculteurs et agricultrices ne verront jamais la couleur.

Par ailleurs, sur le plan environnemental, l’UPA voit d’un bon oeil la mise en place pour les producteurs de porcs, d’un crédit d’impôt remboursable de 30 % pour l’achat d’équipements de traitement de lisier. Cependant, le gouvernement est encore très loin de ses engagements électoraux au niveau de son programme Prime-Vert destiné à aider les entreprises agricoles à relever les défis de la protection de l’environnement. Le gouvernement s’était engagé à dépenser 239 M$ pour la période 2003-2008, soit près de 50 M$ par année. Or, le MAPAQ n’a disposé que d’un budget de 15, 27 et 31 M$ pour les trois derniers exercices, 35 M$ pour 2006-2007, des moyens bien en deça des ambitions du parti au pouvoir.

D’autre part, sur le plan de la fiscalité municipale, pas de grande surprise puisqu’en décembre 2005, une entente officielle était convenue entre le gouvernement et l’UPA. Par cette entente, le gouvernement s’engageait à réviser en profondeur le Programme de remboursement partiel des taxes foncières et scolaires dans l’optique de freiner la croissance du fardeau fiscal des producteurs agricoles. Pour 2006, c’est donc 8 millions de dollars de plus qui sont investis dans le programme de remboursement des taxes foncières, atteignant un budget de 103,6 millions de dollars par rapport aux 95,5 millions de l’an dernier.

Soulignons toutefois quelques bonnes notes au budget Audet. L’UPA constate que le gouvernement augmente son soutien à la traçabilité des aliments, portant ce poste budgétaire de 3,5 millions de dollars à 4,7 millions de dollars. L’annonce de mesures prévues en matière d’épidémiologie et de confinement des oiseaux d’élevage est également bien accueillie par le monde agricole. Toutefois, les 3 millions de dollars prévus pour la commercialisation et la distribution des produits du terroir de même que pour le développement de l’industrie des alcools artisanaux, bien qu’ils constituent une base intéressante, nous apparaissent nettement insuffisants pour soutenir les objectifs que le gouvernement s’est fixé avec son projet de loi 137 sur les appellations réservées.

Dans un autre ordre d’idée, tout en déplorant qu’il n’y ait aucune mesure fiscale favorisant le transfert des entreprises agricoles à la relève, notamment celle portant sur l’exemption du gain en capital, l’UPA s’est dite satisfaite de la nouvelle mesure d’étalement du revenu pour les producteurs forestiers.

Soulignons, en terminant, que l’UPA a apprécié que le ministre Audet réitère dans son discours l’engagement de son gouvernement à défendre auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) notre système de gestion de l’offre sur lequel repose plusieurs de nos productions agricoles.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires