Un printemps plus humide

Environnement Canada prévoit un printemps avec des températures qui tendront vers les normales saisonnières, avec de bonnes chances qu’il y ait plus de précipitations qu’à la normale.

D’après les prévisions émises le 1er mars pour l’ensemble des mois de mars, avril et mai, au Québec, les chances sont à peu près égales qu’an cours de ces trois mois, les températures soient inférieure, égales ou supérieures à la normale. Cette prévision est la même pour toutes les régions agricoles de la province.

Ailleurs au Canada, les prévisions de température tendent véritablement vers un printemps plus frais. Les probabilités que mars, avril et mai connaissent des températures en-dessous des normales oscillent autour de 80 % en Alberta et en Colombie-Britannique.

Le printemps sera probablement plus frais aussi au Manitoba et dans plusieurs régions de l’Ontario.

Au chapitre des précipitations, au Québec, les prévisions pointent résolument vers un printemps plus humide. Les chances qu’au cours de mars, avril et mai, les précipitations soient plus élevées que la moyenne sont de l’odre de 40 à 50 % por la plupart des régions.

Les chances qu’on connaisse un printemps moins humide que la normale sont plutôt faibles (10 à 19 % de probabilité sur les rives nord et sud de Montréal, 20 à 29 % de probabilité à Québec).

En Ontario aussi, les probabilités d’un printemps humide sont plus élevées.

Pour le reste du Canada, les prévisions de précipitations varient de province en province, avec les probabilités de précipitation plus élevées que la normale à plusieurs endroits en Colombie-Britannique.

Consultez les données d’Environnement Canada.

Commentaires