Un sondage révèle que les agriculteurs agissent pour protéger l’environnement

Ottawa (Ontario), 8 juin 2006 – Selon un sondage d’Ipsos Reid rendu public, les agriculteurs canadiens adoptent des pratiquesécologiques dans la production de leurs cultures. Le sondage montre que les agriculteurs souhaitent protéger l’environnement et que la plupart d’entre eux ont adopté des pratiques de gestion bénéfiques (PGB) pour la gestion de leur utilisation d’engrais et de fumier.

Quatre-vingt-dix-huit pour cent des agriculteurs sondés ont affirmé qu’ilétait important de gérer leur exploitation agricole de façon à protégerl’environnement. Selon le sondage, la plupart des exploitants de cultures enplein champ au Canada utilisent au moins une PGB recommandée pour la gestiondes nutriments culturaux (engrais et fumier) d’une façon qui soit respectueusede l’environnement. Des analyses du sol et le travail minimum du sol(réduction de la perturbation des sols) sont les PGB les plus fréquemmentutilisées.

« Les fertilisants sont essentiels à l’agriculture canadienne et à laproduction d’aliments nutritifs. Les agriculteurs qui ont recours à despratiques de gestion bénéfiques protègent l’environnement en appliquantseulement la quantité nécessaire de fertilisant au bon moment et au bonendroit », affirme Chris Moran, directeur exécutif des Producteurs de grains duCanada et président du Conseil des nutriments culturaux.

« L’étude confirme que les agriculteurs sont en mesure d’assumer lagérance de l’environnement et qu’ils font des efforts pour la gestion desnutriments pour leurs cultures de façon responsable », confirme Brian Besley,agriculteur et président d’AGCare (Agricultural Groups Concerned AboutResources and the Environment).

Selon le sondage, bien que la protection de l’environnement soit unepriorité, de nombreux agriculteurs sont d’avis qu’il y a également desavantages économiques nets à l’utilisation des PGB. Les principales raisonsdonnées pour l’utilisation des PGB sont l’utilisation plus efficiente desfertilisants et l’amélioration de la qualité du sol.

Même si certains agriculteurs croient qu’il y a quelques avantageséconomiques à l’utilisation des PGB, l’une des principales raisons donnéespour ne pas utiliser une PGB en particulier était le coût de son adoption.Chez les agriculteurs qui se sont dits préoccupés par le coût d’utilisationdes PGB, environ huit sur dix ont affirmé qu’ils souhaiteraient obtenir uneaide financière quelconque du gouvernement pour l’amélioration de leur gérancede l’environnement.

« Les agriculteurs canadiens pratiquent la gérance de l’environnementdepuis longtemps parce qu’ils croient que c’est la bonne chose à faire.Cependant, ils ont dû en grande partie assumer seuls les coûts de cesinitiatives, affirme Bob Friesen, président de la Fédération canadienne del’agriculture. Il est temps que les consommateurs et les gouvernementsreconnaissent que la gérance de l’environnement en agriculture est d’intérêtpublic et qu’elle profite à tous, ce qui fait que les coûts qui y sont liésdevraient être partagés par tous. »

Le sondage montre également que le fumier est utilisé fréquemment commesource de nutriments par les agriculteurs canadiens. Six agriculteurs sur dixont affirmé utiliser du fumier dans leurs champs, mais seulement environ letiers des agriculteurs qui cultivent surtout des plantes de grandes culturesutilisent le fumier. Environ quatre agriculteurs sur dix utilisent un plan degestion du fumier. Les principales raisons de l’utilisation d’un plan degestion du fumier sont une utilisation plus efficiente du fumier/desfertilisants, un mandat gouvernemental ou la maximisation de la production.Seul un faible pourcentage des agriculteurs reçoivent des incitatifsfinanciers du gouvernement pour les aider dans la planification de la gestiondu fumier, cependant, la majorité des agriculteurs qui utilisent un plan degestion du fumier appuient l’idée d’incitatifs financiers gouvernementaux pourla planification de la gestion du fumier.

« La gestion des éléments nutritifs du fumier est une pratique importantede plus en plus utilisée par les éleveurs de bétail au pays. En plus de voirune amélioration du rendement environnemental de l’exploitation agricole, unmoteur de changement important, les éleveurs reconnaissent également qu’unebonne gestion des nutriments permet de garder les coûts bas et les profitsélevés », selon Cedric MacLeod, coordonnateur des programmes environnementauxdu Conseil canadien du porc.

Ipsos Reid, une agence de sondages canadienne importante, a mené unsondage téléphonique auprès de 1 000 agriculteurs canadiens entre le21 février et le 15 mars 2006, pour le Conseil des nutriments culturaux. Lamarge d’erreur est de plus ou moins 3,4 %, 19 fois sur 20.

L’objectif du sondage était d’obtenir une meilleure compréhension del’attitude des agriculteurs canadiens quant au PGB liées à la gestion desnutriments culturaux, surtout en ce qui a trait aux coûts et aux avantageséconomiques. Le Conseil des nutriments culturaux a reçu 69 500 $ du Programmepour l’avancement du secteur canadien de l’agriculture et de l’agroalimentaired’Agriculture et Agroalimentaire Canada pour la tenue du sondage. Le PASCAAest un programme de financement fédéral de 243 millions de dollars visant àaider l’industrie agroalimentaire et agricole canadienne à saisir de nouveauxdébouchés. Les données du sondage seront utilisées par le George Morris Centrepour l’établissement de modèles économiques montrant comment l’utilisation desPGB influe sur la rentabilité des exploitations agricoles.

Le Conseil des nutriments culturaux (CNC) est une initiative menée parl’industrie et lancée en 2003 en réponse à l’intérêt croissant du public quantà l’utilisation de nutriments au Canada. Le CNC regroupe différentsintervenants de l’agriculture et de la chaîne agroalimentaire de toutes lesrégions au pays. La mission du CNC est de promouvoir les pratiques de gestionbénéfiques (PGB) fondées sur la science pour des nutriments culturaux quipermettront d’accroître la rentabilité et la durabilité environnementale del’agriculture.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Conseil canadien du porc (CCP)
http://www.canpork.ca/

Fédération Canadienne de l’agriculture
http://www.cfa-fca.ca/

Ipsos Reid
http://www.Angusreid.com/

Commentaires