Un vétérinaire admet être responsable de l’épizootie de fièvre aphteuse en Angleterre

Londres (Angleterre), 6 mars 2004 – Un vétérinaire du ministère britannique de l’Agriculture a reconnu être responsable de l’épizootie de fièvre aphteuse de 2001, qui a coûté plus de 8 milliards de livres (environ 12 mds EUR) au Royaume-Uni, selon un document publié par le Times.

Dans ce document, daté du 5 octobre 2001, Jim Dring avait reconnu être à l’origine de l’épizootie, faute d’avoir correctement inspecté une porcherie du Northumberland (nord de l’Angleterre) à partir de laquelle la maladie s’était développée dix jours plus tard.

« Si l’inspection avait été plus rigoureuse, (…) si la licence de cette porcherie n’avait pas été renouvelée, ou renouvelée en contrepartie de l’obligation par la famille Waugh de revoir totalement la façon dont elle nourrissait ses cochons, alors cette terrible épizootie de 2001 n’aurait jamais eu lieu », avait déclaré Jim Dring, dans ce texte rédigé à l’automne 2001, dans le cadre de l’enquête officielle.

Dans le rapport d’enquête final, cette déposition n’avait cependant pas été retenue.

Cette révélation pourrait entraîner de nombreuses demandes d’indemnisation à l’encontre du ministère de l’Agriculture, rebaptisé depuis ministère de l’Environnement et des Affaires rurales.

Durant cette épizootie de fièvre aphteuse, qui a touché la Grande-Bretagne en février 2001 et n’a été officiellement éradiquée qu’en janvier 2002, 6 millions d’animaux avaient été abattus et quelque 2.000 fermes et abattoirs touchés.

Au total, la maladie avait coûté plus de 8 milliards de livres (12 mds EUR) selon les estimations officielles, l’industrie du tourisme étant la plus touchée, avec une perte estimée à plus de 5 milliards de livres (contre 3 milliards à l’agriculture et au secteur public).

Le ministère de l’Agriculture avait alors seulement reconnu quelques erreurs, expliquant avoir été pris de court par l’ampleur « sans précédent » de la crise.

Source : AFP

Commentaires