Une aide d’urgence de 7,5 millions

Les producteurs québécois pourront disposer d’une aide de 7,5 M$ à même le Fonds d’urgence pour les mesures de soutien à la ferme de 35 M$ financé par le gouvernement canadien.

Les sommes serviront à mieux protéger les travailleurs agricoles dans le cadre de la pandémie. Les investissements doivent servir à améliorer des infrastructures des lieux d’habitation et des postes de travail, des logements temporaires ou d’urgence (à la ferme ou hors ferme), ainsi que de l’équipement de protection individuelle (EPI), des installations sanitaires, des postes de travail et de toutes autres mesures de santé et de sécurité visant à protéger la santé et la sécurité des travailleurs canadiens et étrangers temporaires contre la COVID-19.

L’investissement de 7,5 M$ au Québec s’appuie sur une participation estimée à 982 agriculteurs. Cette mesure sera administrée par La Financière agricole du Québec.

Les demandes seront acceptées par l’intermédiaire de La Financière du 14 décembre 2020 au 26 février 2021. L’aide financière correspond à un montant forfaitaire pouvant atteindre 2 % des salaires déclarés par l’exploitation ou à 50 % des dépenses admissibles déclarées par celle-ci. L’aide financière peut être portée à 2,4 % des salaires ou à 60 % des dépenses admissibles lorsque l’entreprise est détenue en majorité par des femmes, de jeunes agriculteurs de moins de 40 ans, des personnes handicapées ou des membres des minorités visibles ou des peuples autochtones, alors que le gouvernement du Canada encourage et habilite les groupes sous-représentés dans le secteur agricole.

« Les frais encourus pour protéger les travailleurs contre la COVID-19 peuvent être substantiels, surtout dans les productions qui emploient plusieurs personnes. Je pense notamment au secteur horticole (maraîcher, fraises et framboises, pommes, etc.) où les coûts associés à la main-d’œuvre peuvent parfois dépasser 50 % des coûts de production. L’aide annoncée sera donc bien accueillie par les producteurs, qui évoluent dans un environnement d’affaire hautement compétitif avec très peu de marge de manœuvre au chapitre de la profitabilité », a déclaré Marcel Groleau, président général de l’Union des producteurs agricoles.

Ce financement s’inscrit dans les autres mesures déjà annoncées, dont les exemptions de voyage pour tous les travailleurs migrants, les 50 M$ pour financer le Programme d’aide à l’isolement obligatoire pour les travailleurs étrangers temporaires (TET) et le Fonds d’urgence pour la transformation (FUT). Ce dernier constitue un investissement fédéral unique pouvant atteindre 77,5 M$, qui doit permettre aux entreprises de mettre en œuvre des changements pour garantir la santé et la sécurité des travailleurs et de leur famille contre les effets de la pandémie de COVID-19. Le Fonds aide également les entreprises à investir dans le but d’améliorer, d’automatiser et de moderniser les installations nécessaires pour accroître la capacité du Canada en matière d’approvisionnement alimentaire.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires