Une entente de principe en vue d’une nouvelle convention entre la FPPQ et la majorité des transformateurs du Québec est intervenue

Longueuil (Québec), 17 juin 2008 – Une entente de principe estsurvenue entre la Fédération des producteurs de porcs du Québec (FPPQ) et lamajorité des transformateurs du Québec. Cette nouvelle convention redessinerales bases de la production porcine au Québec. Une nouvelle gestion équilibrée de la production donnera, entre autres, à tous les maillons de la filière une assurance d’approvisionnement et d’écoulement des porcs.

Au terme de quelques mois de discussions et de négociations intensives,les représentants des abattoirs du Québec et ceux de la FPPQ en sont venus àune entente sur les termes d’une nouvelle convention. Tout au long de cesdiscussions, la FPPQ a toujours pris soin de préserver la mise en marchécollective. Cette convention prévoit des changements importants dans lesmécanismes de mise en marché des porcs québécois comme l’assignation de tousles porcs aux abattoirs, modifiant ainsi la structure de l’encan électroniquede la FPPQ, entité où se transige la vente des porcs québécois. Le mécanismed’enchères permettant de fixer les prix cessera définitivement. Lefonctionnement de la mise en marché demeurera tel quel jusqu’à l’entrée envigueur de la nouvelle convention.

« Nous sommes très fiers du travail accompli par les négociateurs. Ils ontfait un travail colossal et nous arrivons aujourd’hui à une ententeaudacieuse, qui permettra à tous les acteurs de la filière porcine québécoised’y tirer son épingle du jeu. Elle nous permettra de consolider notre place ausein des marchés local et national et d’aller conquérir de nouveaux marchésextérieurs, » a commenté Jean-Guy Vincent, président de la FPPQ.

Les termes de la nouvelle convention assurent une nouvelle gestion del’écoulement des porcs. L’entente prévoit également un prix équivalent au prixaméricain pour tous les porcs québécois. Les producteurs s’assurent d’unécoulement de leur production basé sur les capacités d’abattage. Laproblématique des porcs en attente se voit ainsi atténuée. En retour, lesproducteurs s’entendent pour assurer un approvisionnement aux abattoirs. Cettenouvelle entente permettra une meilleure rétroaction entre les acheteurs etles producteurs assignés.

Retour sur l’année 2007-2008 :
On se souviendra qu’en septembre dernier, le ministre de l’Agriculture,des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Laurent Lessard, avait mandatémonsieur Guy Coulombe à rencontrer tous les intervenants de l’industrieporcine québécoise et d’établir des ponts de discussion entre les parties. Enmars 2008, monsieur Coulombe remettait son « avis » au ministre soulignant lespoints de divergence entre les producteurs de porcs et les abattoirs alorsqu’il concluait en apportant huit pistes de solutions, pistes que la FPPQ achoisi de suivre.

La FPPQ a retenu les services d’un négociateur, transformateur decarrière, monsieur Marcel Ostiguy, qui a entrepris les discussions avec lestransformateurs au cours des derniers mois. Les négociations se sontintensifiées au cours des dernières semaines, pour enfin trouver sonaboutissement aujourd’hui.

« C’est une nouvelle façon de faire des affaires qui marquera notreproduction au cours des prochains mois et des prochaines années. Un climat deconfiance est rétabli. Nous agirons en partenariat avec les transformateurs.Aujourd’hui, nous sentons une volonté d’aller dans la même direction et nousavons repris le dialogue avec nos clients. L’avenir est prometteur pour toutela filière porcine aujourd’hui, » a ajouté le président.

Les délégués réunis lors de l’assemblée générale annuelle de la FPPQ, les12 et 13 juin derniers, ont amorcé une réflexion sur une gestion équilibrée dela production et cette réflexion se poursuivra dans toutes les régions et avectous les producteurs au cours du mois d’août prochain.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Le Porc du Québec
http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Commentaires