Ligne de temps

Une bonne récolte malgré des conditions difficiles

La production de soya au Québec a d'ailleurs atteint un sommet en 2018

L’été sec et les mauvaises conditions de récoltes ne seront pas venues à bout des grandes cultures qui ont affiché des résultats meilleurs que prévu pour l’année 2018. La pluie et la neige qui ont sévi en fin d’année ont toutefois eu un impact sur les rendements et la qualité, note Statistique Canada dans son rapport annuel des grandes cultures.

Il s’est produit en somme plus de blé et soya tandis que les autres cultures ont affiché un recul. Au Québec, la production de maïs a reculé en raison de rendements moindres tandis que le soya a enregistré un record de production, malgré une baisse des superficies.

À l’échelle nationale, il s’est produit 31,8 millions de tonnes de blé en 2018, en hausse de 6,0 % par rapport à 2017. L’augmentation de la production de blé est surtout attribuable à la croissance de 2,2 millions d’acres de la superficie récoltée par rapport à 2017 à 2018. Les rendements ont diminué de 1,8 boisseau à l’acre pour s’établir à 47,8 boisseaux.

La production maïs-grain a reculé de 1,5% à 13,9 millions de tonnes en 2018, malgré une hausse de la superficie récoltée de 3,5 millions d’acres, en hausse de 1,7 %. Les rendements déclarés ont baissé de 3,2 % à 154,6 boisseaux à l’acre. Le maïs a bénéficié des températures élevées pendant la majeure partie de juin et de juillet, mais des précipitations plus faibles que la moyenne tout au long des saisons de croissance ont pu avoir des répercussions sur les rendements globaux, indique Statistique Canada.

La production de soya a pour sa part diminué de 5,8% à 7,3 millions de tonnes en 2018. La baisse de la production est surtout attribuable à la superficie récoltée, qui a diminué de 13,5 % pour s’établir à 6,3 millions d’acres. Les rendements ont augmenté de 3,4 boisseaux à l’acre (+8,7 %) pour atteindre 42,5 boisseaux à l’acre.

Québec

Comme ailleurs au pays, la production de maïs-grain a diminué pour 2018. Elle a reculé de 4,2 % par rapport à 2017 pour se fixer à 3,6 millions de tonnes, malgré une hausse des superficies de 1,4 % à 947 400 acres. L’augmentation de la superficie récoltée a été atténuée par la diminution des rendements, qui sont passés de 159,3 boisseaux à l’acre à 150,4 boisseaux à l’acre.

Et comme les producteurs ont déjà pu le constater, le temps sec semble avoir été favorable au soya dont la production a crû pour atteindre un niveau jamais vu, passant de 1,115 million de tonnes en 2017 à 1,164 million de tonnes en 2018. Alors que la superficie récoltée a diminué de 6,7 % pour s’établir à 912 700 acres en 2018, les rendements ont augmenté pour passer de 41,9 boisseaux à l’acre à 46,9 boisseaux à l’acre.

La culture des céréales à paille a été variable. Le blé de printemps a obtenu sa plus petite production depuis 2014 tandis que le blé d’hiver ne cesse de gagner en popularité. La production s’est située à 68 700 tonnes contre 57 000 tonnes en 2017. L’Ontario domine par contre dans la culture de blé d’hiver avec une production de 2,2 millions de tonnes, une baisse de 4,3% par rapport à 2017, avec un rendement de 81,2 boisseaux à l’acre. En Ontario, 91,8 % de tout le blé récolté est du blé d’hiver, représentant 82,7 % de toute la production de blé d’hiver au Canada.

La production d’orge au Québec décline pour atteindre son plus bas niveau à 157 000 tonnes. La production d’avoine a remonté pour la première fois depuis 2014  à 167 100 tonnes.

La production de canola a légèrement reculé à 35 100 tonnes contre 36 500 tonnes en 2017.

Commentaires