Une étude démontre que la canneberge possède un mécanisme d’action qui bloque les bactéries

Maine (États-Unis), 13 octobre 2005 – Une nouvelle recherche démontre que le cocktail de jus de canneberges possède un mécanisme « anti-adhésif » qui protège l’organisme contre des bactéries nuisibles, caractéristique que le jus de raisins, le jus de pommes, le thé vert et le chocolat noir ne partagent pas. Menée par un chercheur de l’UniversitéRutgers, l’étude est la première du genre à conclure que l’action bénéfiqueanti-adhésive de la canneberge découle de la structure spécifique de sestanins condensés naturels, appelés proanthocyanidines ou PAC. Les résultats decette nouvelle recherche ont été publiés dans le numéro actuel dePhytochemistry et présentés, le mois dernier, au séminaire sur les bienfaitsdes canneberges pour la santé à Québec.

L’étude se concentrait sur l’activité anti-adhésive des deux types dePAC, le type A et le type B. Les PAC de la canneberge contiennent une liaisonde type A inhabituelle. Les autres aliments testés contiennent celle detype B, plus courante. L’étude a démontré que le cocktail de jus decanneberges a affiché une activité anti-adhésive après la consommation d’uneseule portion, alors que les aliments contenant les PAC de type B ont affichéune activité anti-adhésive minimale ou inexistante. « Les résultats de cetteétude ont démontré que les aliments riches en PAC ne sont pas tous similaires.

En fait, c’est la structure de type A des PAC présents dans la canneberge quipeut jouer un rôle important dans la protection contre les bactéries nuisiblesdes voies urinaires », a déclaré Amy Howell, auteure principale du rapport etchercheuse scientifique de l’Université Rutgers. Ces nouveaux résultatsconfirment les recherches antérieures qui démontraient que l’action bénéfiqueanti-adhésive d’un verre de cocktail de jus de canneberges commence dans lesdeux heures après la consommation et peut durer jusqu’à dix heures.

Pour étudier davantage cette nouvelle action bénéfique, la NationalInstitutes of Health (NIH) met sur pied onze études sur les canneberges,visant principalement à étudier l’activité unique de la canneberge qui empêchecertaines bactéries pathogènes d’adhérer aux cellules et aux tissus del’organisme. Alors qu’une grande partie de ce programme se concentre surl’action bien connue de la canneberge dans la prévention des infectionsurinaires, les bourses du NIH financeront également la recherche sur lemécanisme de blocage bactérien de la canneberge qui maintient une bonne santébucco-dentaire. D’autres résultats récents suggèrent une action semblable surles bactéries qui provoquent la plupart des ulcères d’estomac.

Le Cranberry Institute (institut de la canneberge) appuie la recherche etla sensibilisation accrue par rapport aux nombreux bienfaits de la cannebergepour la santé.

Commentaires