Utiliser de l’acier pour éviter le lessivage de phosphore

acierDes sous-produits de l’industrie de l’acier sont-ils efficaces pour fixer les excès de phosphore avant que ceux-ci n’atteignent les cours d’eau? Guanghui Hua, un aide-professeur en génie civil et en environnement de l’Université de l’État du Dakota du Sud, aux États-Unis, tente l’expérience. Lorsque les résidus de métal rouillent, l’oxyde de fer se forme sur la surface et réagit chimiquement pour se fixer aux ions phosphates, les empêchant de se rendre au cours d’eau.

Quatre différents sous-produits sont soumis aux essais pour déterminer leur capacité respective à fixer le phosphore. « L’acier au carbone fonctionne mieux que l’acier inoxydable », précise Guanghui Hua. Pour chaque métal, les essais sont faits en lot pour déterminer la capacité maximum selon le poids.

En laboratoire, les chercheurs utilisent un cylindre rempli d’éclats et de sciures de métal. L’eau est dirigée à travers ce cylindre pour simuler le flot d’un tuyau de drainage pendant 8 h. Après trois mois d’opération continue, les cylindres ont fixé 100 % des ions phosphates en solution. Plusieurs tests restent à faire avant d’amener cette technique au champ. La concentration des phosphates dans la solution, la vitesse du passage dans le cylindre filtrant, le pH et la température de l’eau pour n’en nommer que quelques-uns.

La combinaison d’un bioréacteur à base de sciures de bois pour capter les nitrates et des sciures de métal pour capter le phosphore aurait des dimensions de 15-20 pi de large sur 100-120 pi de long. Cette structure souterraine permettrait de filtrer l’eau provenant d’un champ de 12 ha à 16 ha, croit le spécialiste.

Source : Feed stuff

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires