Des outils qui pourraient vous sauver la vie!

Josef Mathis et Marie Crochetière, propriétaires de Ferme Mathis et fils inc. à Lemieux, ont fait un grand pas dans les mesures préventives permettant d’améliorer la sécurité dans leurs silos à fourrages et à grains.

Premièrement, une procédure d’entrée dans les silos est affichée dans les locaux administratifs de l’étable. Elle est aussi bien en vue dans la salle attenante aux deux silos à fourrage. Tous les travailleurs, incluant les membres de la famille et les travailleurs bénévoles, doivent être formés en plus de se qualifier sur la procédure d’entrée dans les silos à fourrage et le fonctionnement des équipements de sécurité.

Souffleur

Dans les semaines qui suivent l’entreposage des fourrages dans les silos, personne ne peut entrer dans la structure sans avoir au préalable installé le souffleur d’ensilage et l’avoir fait fonctionner pendant une période minimum de 45 minutes. De plus, le souffleur doit fonctionner tout au long des travaux à exécuter. La fenêtre et la porte de la salle à silo sont ouvertes pour favoriser la ventilation. « Les périodes sans vent sont les moments les plus critiques », aux dires de Josef Mathis. Même si le souffleur fonctionne, il peut arriver que des gaz nocifs s’accumulent dans le corridor de montée du silo lors de ces temps calmes. Le dioxyde d’azote est l’un de ces gaz. Celui-ci est extrêmement toxique, car il brûle les tissus pulmonaires.

Détecteur

Ainsi, deux détecteurs à gaz (oxygène et dioxyde d’azote) ont été installés. Celui pour le dioxyde d’azote émet un signal sonore et s’illumine sur les côtés lorsque le gaz dépasse une certaine valeur, ce qui indique au travailleur de quitter l’endroit.

Mais là ne s’arrêtent pas les procédures, car le débouleur d’ensilage doit être relevé d’environ 45 cm (1,5 pi) et activé pendant dix minutes pour favoriser la ventilation au-dessus de l’ensilage. Il est remis à sa place après cette période. Le débouleur d’ensilage est également cadenassé sur le panneau électrique contrôlant l’équipement. Un test de démarrage du débouleur est effectué pour s’assurer qu’il ne pourra pas être activé lorsque la personne travaillera dans le silo. La clef ayant servi à cadenasser le silo demeure en possession du travailleur pour la durée des travaux.

Harnais

L’utilisation du harnais de sécurité permettant à la personne de s’accrocher à l’échelle durant la montée du silo est obligatoire pour éviter les chutes. Le travailleur procède aussi à la lecture des gaz avant de s’aventurer dans le silo. Un second travailleur demeure dans la salle aux silos. Ce dernier communique avec un walkie-talkie avec la personne dans le silo et est prêt à réagir en cas de problème.

L’article complet d’Alain Fournier sur le sujet est disponible dans l’édition de décembre du Bulletin des agriculteurs.

à propos de l'auteur

La référence en nouvelles technologies agricoles au Québec.

Le Bulletin des agriculteurs

Fondé en 1918, Le Bulletin des agriculteurs traite des tendances, des innovations et des dernières avancées en matière de cultures, d’élevages et de machinisme agricole dans le but de faire prospérer les entreprises agricoles d’ici.  

Articles récents de Le Bulletin des agriculteurs

Commentaires