Saison 2016: et si la Niña venait brouiller les cartes aux États-Unis?

Avec l’annonce d’intentions d’ensemencement de maïs quasi records aux États-Unis, plusieurs s’interrogent sur les impacts possibles de cette récolte sur les marchés. Surtout que les deux dernières récoltes ont été excellentes en termes de rendements et de qualité au sud de la frontière.

Un des facteurs à considérer cette année pourrait bien être le phénomène La Niña qui se caractérise par un refroidissement des températures dans l’océan Pacifique. Celui-ci survient à la suite d’un épisode exceptionnel de chaleur dans les mêmes eaux, ce qu’on appelle El Nino. Ce dernier a été le plus fort enregistré en presque vingt ans. Pour les États-Unis, La Niña se traduit par des températures sous les normales et des précipitations plus abondantes.

Des chercheurs de l’Université de l’Illinois se sont penchés sur l’impact de La Niña sur les récoltes dans le Midwest américain entre 1960 et 2015. Ils ont conclu que celle-ci pourrait avoir des impacts négatifs sur les rendements en maïs et en soya.

Les agroéconomistes américains Scott Irwin et Darrel Good ont en fait déterminé que le moment de la transition d’El Niño vers La Niña peut avoir un impact. Selon le mois où elle s’était formée, les rendements pouvaient être de 40 à 67% inférieurs à la tendance. Les chercheurs ont observé que plus le phénomène survenait tôt, plus le risque quant au rendement était élevé. Au rythme actuel de la transition, Scott Irwin et Darrel Good indiquent que des conditions neutres pourraient survenir dès juin, et La Niña dès juillet.

« Cette analyse vient appuyer notre conclusion précédente, selon laquelle les risques de rendement inférieur en maïs et en soya en 2016 sont élevés, à cause du fort épisode El Niño en cours. Elle indique en outre qu’il faut surveiller attentivement si la transition vers La Niña va se produire à l’été. »

Cette conclusion s’appuie sur les observations faites sur les historiques des rendements moyens en maïs et en soya aux États-Unis, selon le même schéma connu cette année, soir un épisode El Niño fort ayant culminé dans la période septembre-mars précédant la saison de croissance. Il existe donc un risque élevé que les rendements moyens en maïs et en soya aux États-Unis tombent au-dessous du niveau tendanciel en 2016.

Source: Sygenta

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires