Accrocher son harnais

Dans nos cours de sécurité, on nous rappelle régulièrement l’importance d’accrocher son harnais si on s’aventure à effectuer des travaux en hauteur. Depuis quelques jours, c’est le CME qui nous amène à travailler à des niveaux plus élevés… Enfin!

En cours de route, je ne suis pas resté à maugréer contre le marché. J’ai plutôt essayé d’établir des stratégies qui m’aideraient à m’en sortir avec un meilleur résultat qu’un simple prix de livraison immédiate. J’ai donc partagé les risques en établissant plusieurs niveaux de prix de vente. Quelques ventes régulières à prix fermés. Plusieurs ventes conclues en fixant seulement la base avec les clients tout en restant le CME ouvert en attendant de meilleurs niveaux. De cette façon, la vente est conclue, le client a son grain, reste seulement à fermer le prix final. Que le marché monte ou descende, autant le client que moi-même sommes gagnants.

Après analyse du marché et surtout après avoir bien établi mon coût de production en y ajoutant la marge bénéficiaire visée, j’ai pu déterminer à l’avance les zones de prix dans lesquels je voulais vendre mon grain. En cours de route, j’ai capté quelques niveaux, mais les plus hauts se faisaient attendre. Quelque 200 tonnes de blé livrées pas payées pendant 2-3-4 mois, ça ne me stresse pas. En fait, c’est moins tirant qu’un compte boursier en appel de marge! Il s’agit d’être patient et surtout prêt.

Enfin, le CME s’excite dans le blé. De bonnes hausses les unes après les autres. Pourquoi? Comment? Pour combien de temps? Je m’en fou un peu. Je me concentre surtout sur mes objectifs que je m’empresse de protéger en plaçant un étalement de prix plancher. Toujours pour m’assurer de ne pas reculer en dessous de ceux-ci. Au fur et à mesure que le CME monte, je remonte mon harnais un peu plus haut. De cette façon, le CME peut monter jusqu’au ciel! Et s’il n’y a plus de barreaux pour s’accrocher, j’aurai juste à sortir mon parachute.

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires