Cultiver du blé d’hiver. Pourquoi pas!

Vite! Préparez vos semoirs, c’est le temps des semences!

Bizarre ce titre quand on vient tout juste de terminer la récolte de blé de printemps.

Voilà déjà le temps de se préparer pour les semis du blé d’hiver. Ici, notre fenêtre idéale de semis tourne autour du 20 au 28 septembre. On a déjà étiré jusqu’au 10 octobre.

Ça fait déjà 15 ans qu’on essaie d’apprivoiser cette culture.

Plusieurs facteurs avantageux sont à considérer :

– rendement environ 30% supérieur à un blé de printemps;
– couvert végétal de 10 à 11 mois;
– excellent système racinaire;
– étalement des travaux de semis;
– un avantage de 1500kg/ha pour le maïs-grain qui suivra l’année suivante;
– le blé d’hiver est une plante agressive qui, semée aux 7,5 pouces, laisse peu de chance aux mauvaises herbes et en décourage même certaine comme la prêle.

Une récolte tôt en saison permet une bonne performance des semis du couvert végétal. On aime bien un mélange de trèfle huia 50% avec du trèfle rouge une coupe.

Une partie semée sur notre retour de pois de conserverie, l’autre sur un retour de soya natto. C’est vrai que ce n’est pas évident de rouler un setup semis en même temps que celui de la récolte. Mais quand c’est terminé on peut se dire qu’on a déjà 15% de notre semis 2016 de fait.

Les risques d’échec? Rater un semis qui coûte environ 250$/ha en semence est vite récupéré si on considère le rendement de 30% additionnel quand on le réussi.

Juste observer le GPS qui nous confirme des pointes de rendement supérieures à 8tm/ha nous permet de viser des objectifs élevés. On peut améliorer encore.

On réussit huit années sur dix, ce qui fait une moyenne de 800!

Hey! Les équipes championnes gagnent des coupes Stanley avec des moyennes plus basses que ça!

Si le défi vous intéresse, il est encore temps de vous y mettre.

Sortons nos semoirs!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires