Entreposer son maïs cette année, une bonne décision?

Ma dernière chronique « Du maïs à 300$? » a beaucoup fait jaser. C’était pourtant bien loin d’être une affirmation, mais plutôt un questionnement. Quelqu’un qui lisait bien ce texte comprenait rapidement que nous étions encore très loin du compte.

Mais, mettons de côté toutes les théories et parlons chiffres un peu plus.

Considérant que nous avons actuellement d’excellents prix pour le maïs, je me suis attardé à la question suivante :

« Que s’est-il passé dans les dernières années à propos du prix du maïs lorsqu’il était cher à la récolte? »

Une image vaut mille mots, en voici le résultat :

Ainsi, sur 18 années d’historique de prix, cinq remplissaient le critère d’être plus élevées à la récolte : 2008-2009, 2009-2010, 2011-2012, 2012-2013 et 2019-2020. J’ai ajouté ensuite la moyenne de prix pour observer une tendance de ces années, la ligne en pointillé rouge.

Conclusions sur ces 5 années :

  • Une seule année a vu le prix du maïs dépasser nettement celui de la récolte: il s’agit de 2012, celle de la sécheresse historique aux États-Unis. On parle donc ici vraiment d’un imprévu météo important, et pas n’importe lequel…
  • Quatre années n’auront « pas » proposé de meilleurs prix qu’à la récolte pendant les mois suivants.

Autre élément « très important » à mon avis. Si je vous avais dit que le prix du maïs allait monter à 300$ la tonne, sans savoir laquelle de ces cinq années exactement, qu’auriez-vous fait?

Chaque année, on aurait été tenté évidemment d’entreposer et de patienter en se disant que cette fois-ci serait la bonne.

Fort bien, alors disons que nous entreposons pour ces cinq années, question de gagner à coup sûr ce jackpot. Quel est le résultat à votre avis?

Si vous jetez un coup d’œil au tableau ci-joint, vous comprendrez qu’entreposer et patienter n’aura « PAS » été payant le moins du monde. Même avec un prix record au cours de l’année 2011-2012 à partir de l’été, et de juteux gains par rapport à mon prix de la récolte 2011, ce n’aurait pas été suffisant pour compenser les pertes des 4 autres années.

On peut certainement dire haut et fort qu’on a fait beaucoup d’argent en 2011-2012. Par contre, ça m’aura coûté très cher pour pouvoir le dire et finalement vendre à 300$ la tonne.

Non seulement cette stratégie d’entreposage n’aura eu du succès qu’une année sur cinq, mais ce succès aura été insuffisant pour compenser les pertes des quatre autres années. Sur le long terme, ce n’est certainement pas une stratégie gagnante.

Je vous laisse tirer la conclusion pour cette année…

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Jean-Philippe Boucher

Commentaires