Notre bulletin agroenvironnemental

Dans les 15 dernières années notre ferme a réussi à nourrir 57% plus de citoyens annuellement

Cet été on m'a offert de mesurer nos performances environnementales des dernières année. Nos pratiques de conservation des sols nous ont permis d’augmenter notre % de matière organique. Donc, on a annulé les émissions de gaz à effet de serre de 3000 voitures qui roulent 20 000 km annuellement.

Regarder en avant

C’est inutile de broyer du noir

Debout à minuit. Je me prépare pour essayer de récolter une autre section de maïs dans la neige pendant qu’il fait froid. Un peu stressé parce que je ne veux pas démarrer trop tôt et coller les passes et en même temps je ne veux pas commencer trop tard, car j’espère terminer le champ avant […] Lire la suite


Séchoir à l'arrêt, jour 8.

Sous la neige et sans propane

Il est temps qu’on nous propose des solutions de remplacement efficaces

La pression monte quand je réalise qu’autour de moi plusieurs reçoivent du propane de la part d’autres compagnies. Je suis en…! Je comprends qu’il faille garder des réserves pour protéger le chauffage des animaux, mais moi personne ne semble s’occuper de mes préoccupations.

Une récolte qui ne fait pas le poids

Le semis tardif combiné au gel automnal hâtif a fait ses ravages

J’étais assez satisfait de nos performances sans faille depuis 1994. Cette année, c’est un échec total. Normalement on parvient à améliorer la situation de un à deux points de poids spécifique en travaillant avec la température de nos feux de séchage. Cette année, rien pantoute.



La biodiversité dans tous ses états

J’aime la biodiversité, mais j’aime aussi avoir un certain sentiment de contrôle

Chaque fois qu’on désire soit cultiver ou intégrer une nouvelle plante dans la nature on bouleverse les choses, on dérange. Jusqu’où je peux déranger juste assez pour atteindre mes objectifs de récolte, tout en respectant la biodiversité naturelle en place?


Une vision à long terme pour notre bassin versant

On veut gérer l’espace pour transformer la petite pointe en une véritable zone imbibée de biodiversité

Ça fait cinq ans qu’on y pense, trois ans qu’on planifie et qu’on ajoute des « tant qu’à y être ». C’est fait juste à temps, juste avant les fortes pluies. Sauver le chantier soya en même temps que le chantier remblayage de la petite pointe.



Déterminer nos zones à risque

Oui on a des insectes, mais en cinq ans nous n’avons observé que de très faible perte à l’occasion

C’est vrai que les sols ne sont pas tous pareils, qu’on peut avoir des conditions différentes d’une ferme à l’autre. Ça ne veut pas dire qu’on doit traiter partout au cas où!

Un automne idéal pour armer nos semis à traverser l’hiver

L’échec de notre reprise du blé de 2019 nous aura servi dans notre apprentissage

On m’a expliqué que le blé d’hiver se renforce à chaque période de froid qu’il traverse et qu’il en profite pour fabriquer son propre antigel. Plus il a de chance de s’acclimater, plus ses chances de survie augmentent. Peut-être une des raisons de nos insuccès de l’hiver dernier.