À vos marques, prêt…fauchez !

*Le temps des récoltes de fourrages arrive à grand pas! Êtes-vous prêt ? Avez-vous un plan d’attaque pour réussir à récolter toutes vos superficies au meilleur stade de maturité possible et ce, sachant que Mère Nature ne collaborera probablement pas comme vous le souhaitez ?

Puisque la météo est capricieuse ces temps-ci, il faut s’en remettre à d’autres indicateurs plus fiables pour prévoir la date de fauche idéale et ainsi obtenir un fourrage de qualité.

Les valeurs de NDF (les protéines, les lipides, les  glucides non-structuraux, les glucides contenus dans les parois cellulaires) contenues dans les fourrages sont un excellent point de repère pour évaluer la qualité du fourrage. Le contenu en NDF ainsi que la digestibilité de cette NDF devront être regardé. La méthode PEAK (Hintz et Albrecht, 1991) nous permet de prévoir la valeur de NDF sans prendre d’analyse. Il s’agit d’une équation qui sert à prédire la valeur en NDF des fourrages constitués principalement de luzerne en mesurant la longueur des tiges des plants de luzerne. Une version adaptée aux mélanges graminée-légumineuse peut être aussi utilisée (la version NYPEAQ) et des résultats prometteurs portent à croire que nous pourrons avoir notre propre équation québécoise (la version PEQC) sous peu!

Méthode NYPEAK

Source : Université Cornell

 

Outre les équations mathématiques de prédiction, l’accumulation de degrés-jours de 5ºC constitue un excellent paramètre à prendre en considération ! Le nombre de degrés-jours optimaux avant récolte varieront légèrement selon le cultivar, le drainage, la pluviométrie, la topographie ainsi que la régie de coupe. Généralement, on s’entend sur ces repères :

Luzerne           environ 400 degrés-jours 5ºC

Fléole              environ 300 degrés-jours 5ºC

Les données se retrouvent facilement sur le site d’Agrométéo Québec .

Malheureusement, tous ces outils ne seront efficaces que si, et seulement si, vous prenez le temps d’inspecter tous vos champs pour valider leur niveau de maturité. Au lieu de prendre une approche globale, prenez une approche champ par champ pour faire cette évaluation. Joe Lawrence (spécialiste des systèmes fourragers laitiers pour PRO-DAIRY) préconise aussi cette approche.  De cette façon, des champs avec des graminées en bonne proportion (récoltées au bon stade) pourront vous surprendre et seront payant pour vous. Vos vaches sauront vous le dire !

Bonne 1re fauche !

*Texte réalisé en collaboration avec le Conseil québécois des plantes fourragères. Les propos exprimés dans le texte relèvent toutefois de l’auteur et n’engagent pas le CQPF.

à propos de l'auteur

Commentaires