Des conseils pour regarnir ses prairies

Une cure de jouvence peut s’imposer pour prolonger leur durée de vie

Des conseils pour regarnir ses prairies

L’hiver a été doux et le printemps hâtif dans plusieurs régions. Les prairies pourraient bien s’en sortir sans trop de soucis cette année. Mais comme les années antérieures ont fait la vie dure aux fourragères, une cure de jouvence peut s’imposer pour prolonger leur durée de vie.

Fernand Turcotte, agronome pour le MAPAQ en Montérégie-Ouest, propose quelques conseils pour les producteurs qui souhaiteraient réaliser du sursemis et allonger leur vie de deux ou trois ans. Puisque la luzerne est l’espèce la plus cultivée dans la plupart des fourragères au Québec, ses conseils s’adressent donc à un repeuplement dédié spécifiquement à cette dernière.

Pour augmenter les graminées, il faut favoriser en premier le dactyle qui va permettre de réparer les trous laissés par la luzerne morte. La fétuque élevée est son deuxième choix, suivi du ray-grass vivace.

Pour augmenter plutôt les légumineuses, son choix se porte d’abord sur le trèfle rouge qui est agressif et va permettre de prendre de vitesse les mauvaises herbes. Il peut être combiné avec le dactyle et le festulolium, selon qu’on vise à faire de l’ensilage ou du foin sec.

Les dates pour réaliser les opérations sont devenues de vrais casse-têtes, surtout avec le temps sec de l’an dernier. Puisque les printemps s’avèrent froids depuis plusieurs années, un sursemis fin mai-début juin peut permettre d’éviter de semer dans un sol trop froid, ainsi que les gelées tardives.

à propos de l'auteur

Commentaires